Coronavirus à Toulouse : Dépistage massif sur le site Airbus Defence & Space après la détection d'un variant Delta

EPIDEMIE Une opération de dépistage massif et de vaccination va avoir lieu ce lundi 21 juin sur le site Airbus Defence & Space de Toulouse après la détection d’un cas de variant Delta

Béatrice Colin

— 

Une opération de  dépistage massif et de vaccination va avoir lieu ce lundi 21 juin sur le site Airbus Defence & Space de Toulouse après la détection d'un cas de variant delta (illustration).
Une opération de dépistage massif et de vaccination va avoir lieu ce lundi 21 juin sur le site Airbus Defence & Space de Toulouse après la détection d'un cas de variant delta (illustration). — REMY GABALDA / AFP

Branle-bas de combat ce lundi sur le site Airbus Defence & Space de Toulouse, implanté sur la zone du Palays. Samedi, les autorités sanitaires ont eu les résultats du séquençage de tests de Covid-19 réalisés le 8 juin dernier lors d’une opération flash menée par Santé publique France et qui a fait apparaître un cas de variant Delta, une sous-lignée du variant indien considérée comme préoccupante.

Selon le préfet de la Haute-Garonne, ce cas est issu d’un cluster identifié et traité entre le 19 et 23 mai dernier. Pour savoir si celui-ci s’est propagé au sein de l’entreprise aérospatiale, une opération de dépistage massif et de vaccination va avoir lieu dès ce lundi.

Dépistage et vaccination toute la semaine

Un dispositif prévention de grande ampleur mené par les équipes du CHU de Toulouse, du Service départemental d’incendie et de secours et les médiateurs de la « Lutte anti Covid ». Des tests sérologiques rapides (TROD), ainsi que des tests antigéniques, seront réalisés auprès des salariés d’Airbus D & S. La possibilité de se faire vacciner leur sera aussi proposée. Une opération qui se poursuivra toute la semaine en partenariat avec l’entreprise.

Le variant Delta est apparu en Inde au mois d’avril. Cette semaine, Olivier Véran a indiqué qu’il représenterait entre 2 et 4 % des cas avérés en France en ce moment. Il serait plus contagieux que les autres variants et toucherait davantage les jeunes, moins nombreux aujourd’hui à être vaccinés.