Coronavirus : Le couvre-feu décalé à 23h sur l'île de Saint-Martin

PANDEMIE Les déplacements, sauf motifs impérieux, seront interdits de 23h à 5h du matin

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du Quartier Orleans sur l'ile de Saint Martin.
Illustration du Quartier Orleans sur l'ile de Saint Martin. — Lewis JOLY/SIPA

La préfecture de Saint-Martin a décidé d’assouplir le couvre-feu, décalé de 20h à 23h dès ce vendredi, en raison de la tendance à la baisse du nombre de cas de Covid dans la partie française de cette île des Antilles​. Le 9 juin, la préfecture avait choisi de prolonger de quelques jours le couvre-feu à 20H pour assurer la stabilisation de l’épidémie.

Dès ce vendredi, le Préfet de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Serge Gouteyron, a décidé « d’assouplir la mesure jusqu’au 28 juin prochain », en alignant les règles sur celles en vigueur du côté hollandais de l’île (Sint Maarten) où les établissements ferment actuellement à 23h.

Les déplacements, sauf motifs impérieux, seront interdits de 23h à 5h du matin et les établissements relevant du public devront désormais fermer leurs portes à 23h au lieu de 20h.

« La décrue est là, même si elle est relativement lente »

« Nous avons connu un mois très difficile avec 11 décès, mais le couvre-feu a été bien respecté et la situation s’améliore », a indiqué Serge Gouteyron.

Aucun cas n’a été rapporté dans les établissements scolaires depuis une semaine. Le taux de positivité est de 2,8 %, un chiffre en forte baisse depuis trois semaines (4,3 % la semaine dernière).

Par ailleurs, 5 personnes sont actuellement hospitalisées au centre hospitalier, contre 10 en moyenne sur les dernières semaines. Depuis le début de la semaine, aucun décès n’est à déplorer et aucune évacuation sanitaire vers la Guadeloupe n’a été faite.

« La décrue est là, même si elle est relativement lente », a fait observer Valérie Denux, la directrice générale de l’Agence Régionale de Santé de Guadeloupe, de passage à Saint-Martin, regrettant cependant le faible taux de vaccination de 28 %.

Accelérer la campagne de vaccination

« Il ne faut plus attendre, il faut y aller », a-t-elle insisté, précisant que « plus on montera vite le taux de vaccination, plus ça évitera une 4ème vague ».

Sur environ 80 à 90 personnes venant se faire vacciner chaque jour, une dizaine sont des enfants de 12 à 18 ans depuis le début de la semaine. Ils ont en effet le droit à la vaccination depuis quelques jours.

Par ailleurs la Préfecture et l’ARS sont en attente d’un décret imposant le test pour les non-vaccinés qui souhaitent voyager entre les Îles du Nord et la Guadeloupe.

Pour les personnes non-vaccinées, le test PCR est également nécessaire pour rejoindre Paris depuis l’aéroport Juliana.