Coronavirus : La Société française de pédiatrie demande la fin du masque à l’école

COVID-19 La Société française de pédiatrie veut envoyer « un symbole d’apaisement aux enfants et à leur famille »

R.L.D.

— 

Les élèves du primaire pourrait finir l'année scolaire libérés du masque. (Illustration)
Les élèves du primaire pourrait finir l'année scolaire libérés du masque. (Illustration) — SYSPEO/SIPA

« Rendre le sourire à nos enfants ». C’est le mot d’ordre de la Société française de Pédiatrie (SFP) qui, dans un communiqué publié, ce vendredi, sur son site, demande que les enfants scolarisés en primaire puissent être dispensés du port du masque à l’école, à l’intérieur comme à l’extérieur pour la fin de l’année scolaire. Appuyé par l’Association française de pédiatrie (AFPA), le Conseil national professionnel de pédiatrie (CNPP) et le Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP), la SFP veut profiter de la levée de l’obligation du port de masque à l’extérieur pour libérer la frimousse des enfants à l’école.

La communauté médicale pédiatrique s’appuie sur les faibles chiffres des tests salivaires positifs effectués à l’école (0.17 % contre 1.19 % chez les sujets asymptomatiques dans l’ensemble de la population) et sur les exemples belges et anglais, deux pays dans lesquels les enfants ne portent plus de masques à l’école primaire depuis plusieurs semaines. Le communiqué, signé par la présidente de la SFP, Christèle Gras-Le Guen, précise que le port du masque « n’a pas occasionné de pathologie ni d’inquiétude pour la santé physique des jeunes enfants », mais que la pénibilité qu’il engendre devient inutile avec les fortes chaleurs qui sont attendues.

La SFP argue enfin que « terminer l’année scolaire "démasqués" serait également un message positif et apaisant pour des enfants très peu concernés par les effets directs de la COVID mais qui ont pourtant subi fortement les effets indirects sur leur santé mentale ».