Coronavirus : L'institut Pasteur de Lille va commencer les essais cliniques de son traitement

EPIDEMIE Les essais cliniques du traitement de l’institut Pasteur de Lille contre le Covid-19 vont enfin pouvoir commencer, près d’un an après l’annonce de la découverte de cette « molécule particulièrement puissante »

Mikaël Libert

— 

L'Institut Pasteur de Lille.
L'Institut Pasteur de Lille. — M.LIBERT/20 MINUTES
  • En septembre dernier l’institut Pasteur de Lille annonçait avoir trouvé une molécule efficace pour traiter le Covid-19.
  • Il s’agit d’un médicament déjà sur le marché utilisé pour une autre pathologie.
  • L’Agence de sécurité du médicament (ANSM) a donné son feu vert, jeudi, pour lancer les essais cliniques.

Dès lundi, l’Institut Pasteur de Lille va mettre en œuvre le protocole pour effectuer les tests cliniques d’un traitement prometteur contre le Covid-19. Une autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui intervient tout de même huit mois après l’annonce de la découverte de cette molécule par les équipes de chercheurs.

Le 29 septembre dernier, l’institut Pasteur de Lille confirmait à 20 Minutes avoir trouvé une molécule efficace contre le Covid-19. « Reste à mener un essai clinique pour valider définitivement l’activité antivirale de cette molécule », avait alors souligné un membre de l’équipe de recherche. Cette molécule avait déjà reçu une autorisation de mise sur le marché de l’ANSM sous le nom Clofoctol pour une autre pathologie que le Covid-19. Il s’agissait donc de la « repositionner » en tant que traitement Covid-19 puisque « les tests in vitro ont montré l’efficacité de cette molécule pour inhiber la réplication du virus », assure l’Institut. 

Cinq centres dans quatre villes des Hauts-de-France

Le dossier présenté par Pasteur a été validé par le Comité de protection des personnes (CPP) et, jeudi, il a également reçu l’aval de l’ANSM. « L’essai clinique pour tester ce traitement expérimental dans la prise en charge précoce des patients Covid, en double aveugle contre placebo » va pouvoir démarrer, « toute la logistique est prête », poursuit-on chez Pasteur Lille.

Cet essai se déroulera dans les Hauts-de-France, dans cinq centres pour commencer : Senlis, Maubeuge, Château-Thierry et Lille. D’autres centres ouvriront par la suite mais le nombre et leur implantation dans la région n’ont pas encore été précisés. Pour pouvoir être inclus dans cet essai clinique, il faut avoir fait « un test positif récent, avoir plus de 50 ans, avoir au moins un symptôme et ne pas avoir été vacciné ».

Si l’administration du médicament se fera dans les différents centres, les patients ne seront pas hospitalisés. Le suivi sera assuré à domicile grâce à la collaboration des médecins généralistes. L’institut Pasteur de Lille lance par ailleurs un appel aux généralistes des Hauts-de-France qui souhaiteraient participer à envoyer un mail à medecin.therapide@pasteur-lille.fr.