Coronavirus aux Etats-Unis : Plus d’un million d’ados immunisés, la vaccination des enfants testée

SANTE Des essais cliniques sont en cours, et la vaccination des enfants pourrait être autorisée dès 2 ans d’ici à septembre, et d’ici novembre chez les nourrissons de plus de 6 mois

Philippe Berry

— 

Des collégiens américains vaccinés à New York, le 16 mai 2021.
Des collégiens américains vaccinés à New York, le 16 mai 2021. — A Walker/Sipa/AP
  • 3,6 millions d’adolescents âgés de 12 à 15 ans ont déjà reçu une injection aux Etats-Unis, et 1,1 million sont complètement vaccinés.
  • Des essais cliniques sont en cours chez les enfants de 5 à 12 ans en vue d’une autorisation à l’automne, qui pourrait ensuite être étendue aux nourrissons de 6 mois et plus.
  • Pour atteindre l’immunité collective, la vaccination des enfants semble indispensable. Encore faut-il pouvoir garantir qu’elle soit sans danger.

De notre correspondant aux Etats-Unis,

A partir de quel âge les enfants peuvent-ils être vaccinés en toute sécurité contre le Covid-19 ? La réponse à cette question pourrait être critique dans la bataille pour réduire au maximum la chaîne de transmission du coronavirus. Et, peut-être, atteindre à long terme l’immunité collective. Alors que la France ouvrira la vaccination aux 12-17 ans ce mardi, les Etats-Unis ont davantage de recul, avec un million de 12-15 ans immunisés, un mois après l’autorisation d’urgence obtenue par Pfizer.

Les autorités sanitaires américaines ont déjà les yeux braqués sur la prochaine étape, avec des essais cliniques qui viennent de débuter chez Pfizer et Moderna chez les 5-12 ans, avec des doses plus faibles de sérum. Des tests chez les nourrissons, à partir de 6 mois, devraient suivre dans les prochaines semaines, en vue d’une possible autorisation d’urgence à l’automne.

En un mois, 3,6 millions d’adolescents âgés de 12 à 15 ans – soit un sur cinq de cette tranche d’âge – ont reçu au moins une injection aux Etats-Unis, et 1,1 million sont complètement vaccinés, selon les chiffres des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Les effets secondaires signalés sont similaires à la tranche des 16-25 ans, et le groupe de scientifiques chargé de surveiller les risques n’a, pour l’instant, pas signalé d’alerte majeure. Les experts suivent malgré tout de près des rares cas d’inflammation cardiaque qui touchent majoritairement les hommes de moins de 30 ans, et encore plus, semble-t-il, les moins de 18 ans (voir encadré).

La vaccination des enfants à l’étude

Mardi dernier, après quelques tests limités, Pfizer a annoncé qu’il allait procéder à un vaste essai clinique de son vaccin chez 4.500 enfants de moins de 12 ans aux Etats-Unis, en Espagne, en Pologne et en Finlande. Le laboratoire va commencer par les 5-12 ans, puis élargir l’étude au cours des prochaines semaines aux nourrissons de 6 mois et plus. Avec des doses évidemment plus faibles : 10 microgrammes chez les 5-11 ans et 3 microgrammes entre 6 mois et 5 ans, contre 30 microgrammes chez les adultes et les adolescents.

Pfizer s’attend à disposer de résultats en septembre chez les 5-11 ans, et à demander dans la foulée une autorisation d’urgence à l’Agence américaine des médicaments (FDA). Pour les nourrissons, le laboratoire table sur octobre-novembre. L’Américain Moderna, de son côté, a commencé un essai clinique chez les enfants en mars, et attend des résultats à la fin de l’été.

L’immunité collective en question

Au début de la pandémie, les experts estimaient qu’il faudrait vacciner entre 60 et 70 % de la population pour atteindre l’immunité collective. Mais face aux variants plus contagieux, le chiffre a été revu à 80 %, voire plus. Un seuil impossible à atteindre sans vacciner les moins de 16 ans, qui représentent 20 % de la population outre-Atlantique, et sans convaincre une partie des 20 % d’adultes réfractaires.

Les Etats-Unis viennent de passer le seuil des 50 % de la population de plus de 12 ans complètement vaccinée. Mais le rythme ralentit. Depuis les plus hauts d’avril, le nombre d’injections quotidiennes a été divisé par quatre, de 3,3 millions à 800.000. Certains Etats, principalement conservateurs, sont très en retard.

« L’immunité de masse ne sera pas atteinte sans des taux de vaccination élevés dans tous les groupes susceptibles d’être infectés », insiste le biologiste Spencer Fox, directeur adjoint du Consortium Covid-19 à l’université du Texas d’Austin. « Même si les enfants sont moins susceptibles de développer une forme sévère du Covid-19, ils représentent un groupe important non-vacciné, et il est crucial de les immuniser le plus vite possible, dès que les résultats montreront que c’est sans risque. »

Comme le rappelle régulièrement le Dr Fauci, « les enfants participent à la chaîne de transmission du virus, et certains sont hospitalisés ou développent une forme de Covid long. » Le variant Delta, qui a déferlé sur l’Inde, est plus contagieux et plus dangereux pour toutes les populations, y compris les enfants, avec des hospitalisations en hausse au Royaume-Uni. Selon Spencer Fox, la course continue : « Tant que le virus circule, le risque existe qu’un nouveau variant plus dangereux émerge. »

Des cas d’inflammation cardiaque surveillés

Lors d’une réunion jeudi, les experts sanitaires américains ont indiqué qu’ils examinaient avec attention des cas essentiellement bénins de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) déjà relevés en Israël. Elles semblent davantage toucher les jeunes hommes de moins de 30 ans (âge médian de 24 ans, 80 % de sexe masculin) après la seconde injection d’un vaccin ARNm. Les principaux symptômes – douleur à la poitrine, souffle court et palpitations – se manifestent en général au cours de la première semaine.

Il n’y a pas encore de chiffres chez les 12-15 ans, mais chez les 16-17 ans, 79 cas sur 2,3 millions d’injections ont été relevés. Un lien direct n’a pas encore été établi, mais c’est un taux quatre fois supérieur au maximum attendu dans la population générale de cet âge. Neuf sur dix ont pu rentrer chez eux après une courte hospitalisation, et huit sur dix n’ont plus aucun symptôme.