C’est quoi le « Dripstick », l’éponge à sperme qui a cassé TikTok ?

TOUT SEXPLIQUE Il s’agit d’éviter les écoulements de semence après un rapport sexuel

Anissa Boumediene

— 

Le Dripstick fera-t-il des adeptes en France?
Le Dripstick fera-t-il des adeptes en France? — Awkward Essentials
  • Une vidéo postée ces dernières semaines à propos d’une éponge vaginale créée par une start-up américaine a fait le buzz sur Internet.
  • Le dispositif, baptisé « Dripstick », a vocation à absorber les fluides après un rapport sexuel et éviter les fuites.
  • S’il semble déjà avoir ses adeptes outre-Atlantique, la France pourrait-elle être séduite ? Est-ce sûr et efficace ? 20 Minutes vous répond.

Des inventions saugrenues autour du vagin, il y en a un paquet. On connaissait déjà la bougie senteur « vagin de Gwyneth Paltrow », le bâtonnet exfoliant pour rajeunir son vagin (une très mauvaise idée !!), les bains de vapeur et infusions vaginales dont Gwyneth Paltrow – encore elle – raffole (une très mauvaise idée là aussi), ou encore l’œuf de yoni, commercialisé notamment par… Gwyneth Paltrow, pour un périnée et des orgasmes surpuissants. Dernière invention un peu originale : le Dripstick, une éponge à sperme. Vous n’y aviez sans doute jamais pensé, mais une start-up américaine l’a créée, la bien nommée Awkward essentials​, ou « les indispensables bizarres » en français.

Une bizarrerie qui a cassé le Web. C’est même dans la bio Instagram de la marque, ravie de son « éponge nettoyante d’après sexe qui continue de casser Internet ». La vidéo de présentation de ce Dripstick postée sur TikTok a ainsi rapidement trouvé son public en cumulant plus de 14,3 millions de vues. Son public, mais aussi sa clientèle, à en lire les nombreux avis dithyrambiques postés en commentaire. Mais est-ce vraiment utile ? Et sans risque sur le plan gynécologique ?

« Le bazar après le sexe était galère »

En pratique, le Dripstick, que l’on peut traduire par « bâtonnet anti-goutte », ressemble à un tampon, à ceci près qu’un petit bâton rigide remplace le cordon, et que la partie absorbante est composée non pas d’une fibre compacte, mais d’une éponge en forme de tube, de qualité médicale et garantie sans additif. Le but de ce produit : absorber la totalité des fluides après un rapport sexuel. Pour rappel, si un coït sans préservatif se termine par une éjaculation dans le vagin, une coulée de semence est alors inévitable.

Sauf si l’on dégaine son Dripstick, qui est donc « une éponge à sperme, sur un bâtonnet. Après un rapport sexuel, vous l’insérez [dans le vagin], vous la faites tourner un peu si vous voulez – c’est vous qui voyez –, puis vous la retirez, et ça absorbe toute la semence présente dans le canal vaginal », décrit une employée de marque dans la vidéo postée sur TikTok. Un objet qui répond directement aux besoins de Frances Tang, qui dirige la start-up : « J’aime mon mari, mais le bazar après le sexe était galère. A chaque fois qu’il finissait [d’éjaculer], je roulais hors du lit telle une ninja, me précipitais jusqu’aux toilettes en marchant comme un pingouin, et m’asseyais en essuyant cet écoulement sans fin ».

@awkwardessentials

Reply to@rolesdecanelasincanela founded by a founder… how innovative. it’s also called dripstick i forgot that part

♬ original sound – awkward essentials

« Je ne sais pas si c’est fondamentalement utile »

Relativement inconnu en France, le Dripstick pourrait-il y trouver des adeptes ? « Je ne sais pas si c’est fondamentalement utile, s’interroge Melissa, la trentaine, mariée et mère de famille. J’imagine que je me suis habituée à la "coulée" post-coïtale, plaisante la jeune femme. Dans les faits, les rapports sexuels, c’est le plus souvent le soir quand les enfants dorment. Et après, je vais faire pipi puis prendre une douche, ce qui permet d’évacuer une bonne partie du sperme, qui ne coule pas non plus pendant des heures et des heures ».

« Je me pose la question de son utilité, confirme le Dr Aude Du Passage, gynécologue obstétricienne. Mes patientes ne se plaignent pas particulièrement de cela. Et à l’inverse, quand elles souhaitent tomber enceintes, elles sont même plutôt dans la peur que le sperme ne s’écoule trop vite. Cela dépend aussi de si on a déjà accouché ou pas, auquel cas le vagin peut être plus laxe et le sperme s’écouler plus rapidement. Mais pourquoi pas ?…. Cela peut servir si l’on doit reprendre des activités juste après et que l’on ne veut pas risquer de tacher ses vêtements. Il y a toujours des patientes qui sont très au fait des tendances et phénomènes qui émergent sur les réseaux sociaux, et peut-être aurai-je bientôt à répondre à leurs questions sur ce dispositif ! », anticipe la gynécologue.

Après tout, « c’est vrai que c’est un peu chiant et dégueu quand ça coule dès que tu te lèves, confie Melissa après quelques minutes de réflexion. Et il arrive que le lendemain matin, je sente encore quelques gouttes s’échapper, mais pas au point d’utiliser ce dispositif systématiquement après un rapport. En revanche, après un "quickie" en pleine journée, si je dois ressortir après, ça peut être pratique. A condition que ce soit efficace et sans risque ». « Si c’est bien conçu avec un matériau stérile de qualité médicale, que ce n’est utilisable qu’une seule fois et jetable, je ne vois pas de danger particulier ni de risque infectieux, rassure le Dr Du Passage. Si ce n’est qu’il est évidemment recommandé de l’utiliser après s’être lavé les mains ».

« C’est tellement bien de ne pas avoir de fuite après l’avoir fait »

Outre-Atlantique, le Dripstick a déjà conquis les Américaines, captées par la présence active de la marque sur les réseaux sociaux. « J’ai vu la pub sur Facebook et je me suis dit "c’est bizarre, et ça ne marchera jamais". Et en fait, ça fonctionne à 100 %, se réjouit Denise, une utilisatrice qui a laissé un avis plus que positif sur le site de la marque. Ça change la vie : je suis passée de devoir gérer des fuites sans fin à zéro fuite », assure-t-elle.

Un avis partagé par LaTice, une autre utilisatrice. « J’ai vu ça sur les réseaux et j’ai décidé d’essayer, indique-t-elle. Honnêtement, cela a probablement sauvé l’intimité de mon mariage parce que j’avais tendance à redouter le moment du nettoyage post-sexe et les fuites tout au long de la journée ». « C’est tellement bien de ne pas avoir de fuite après l’avoir fait », abonde une autre utilisatrice.

Ni un contraceptif, ni une protection contre les IST

La marque américaine fait le plein de vues et de likes à chaque post sur le Dripstick. Et reçoit aussi beaucoup de commentaires et de questions : « Est-ce que ça fonctionne vraiment ? Peut-on tomber enceinte en utilisant ça ? », a interrogé une internaute. « Il est primordial de rappeler que ce type d’éponge vaginale ne constitue pas du tout un moyen contraceptif, insiste le Dr Du Passage. Les spermatozoïdes sont très mobiles, donc dès lors qu’il y a eu éjaculation, ils ont déjà eu le temps de remonter. Et, de même que cela ne protège pas d’une grossesse non désirée, cela ne protège pas non plus des infections sexuellement transmissibles (IST), poursuit la gynécologue. Si l’on ne prend pas de contraception, que l’on ne souhaite pas tomber enceinte et qu’on veut éviter tout risque d’IST, il faut utiliser un préservatif ».

Un message de prévention également relayé par la marque, qui rappelle que son Dripstick a seulement vocation « à absorber l’excès de fluide après le sexe ».