Porter des lentilles la nuit pour corriger la myopie des grands et des petits, sérieux ?

A VOIR Outre les lunettes, les lentilles de jour ou la chirurgie, une nouvelle option s’offre depuis peu aux myopes : le port nocturne de lentilles spéciales, qui corrigent ce trouble pour une journée

Oihana Gabriel

— 

Grâce à des lentilles rigides sur mesure, portées uniquement la nuit, la myopie peut être corrigée pour quelques heures chez les adultes et freinée chez les enfants.
Grâce à des lentilles rigides sur mesure, portées uniquement la nuit, la myopie peut être corrigée pour quelques heures chez les adultes et freinée chez les enfants. — Pixabay
  • Une nouvelle solution s’offre aux personnes myopes qui ne peuvent passer par la chirurgie pour se débarrasser de leurs lunettes : l’orthokératologie.
  • Sous ce nom barbare se cache une technique assez étonnante : en portant 8 heures par nuit des lentilles correctrices, la personne peut voir net la journée suivante.
  • Ces lentilles de nuit s’adressent aussi aux enfants, permettant de freiner la myopie chez ces jeunes dont l’œil est en pleine croissance.

Alors que de nombreux Français se sont tournés cette année vers une opération chirurgicale pour régler définitivement leurs problèmes de vue – et éviter ainsi la buée sur leurs lunettes –, une technique récente pourrait intéresser celles et ceux qui ne peuvent pas passer sur le billard. Parce que leur correction est trop importante, leur cornée trop fine, ou la sécheresse de leurs yeux excessive…

Cette option, récente et plutôt originale, c’est porter des lentilles la nuit pour s’en passer le jour. Non, ce n’est pas de la science-fiction. C’est ce qu’on appelle l’ orthokératologie, qui s’adresse aux adultes, mais également aux enfants.

Comment ça marche ?

Avec ce système, il est possible pour des personnes myopes de ne porter des lentilles que la nuit et de voir net dès la sonnerie du réveil. « Grâce à une lentille rigide, réalisée sur mesure, qu’on va mettre sur l’œil juste avant de s’endormir, explique Romain Nicolau, chirurgien ophtalmologue à Paris. Quand on fait une opération chirurgicale, on enlève de l’épaisseur à la cornée au laser. Là, c’est la lentille qui va aplatir la cornée, mais pas en trente secondes ! » Condition sine qua non : il faut garder la lentille 8 heures par nuit. La solution ne sera donc pas adaptée aux insomniaques, aux parents réveillés quatre fois par nuit, aux petits dormeurs ou aux travailleurs de nuit.

C’est pour qui ?

Cette option s’adresse aux myopes, mais également à celles et ceux qui cumulent myopie et astigmatisme. Avec une limite : cela fonctionne « pour des myopies jusqu’à – 7 dioptries et des astigmatismes jusqu’à – 4 dioptries maximum », détaille Pauline Beaujeux, chirurgienne ophtalmologue à l’hôpital Fondation Rothschild.

Deuxième condition, pour les enfants cette fois : il faut avoir un minimum d’autonomie. « Le port de lentilles chez les enfants, ce n’est pas anodin, reconnaît l’experte. Lorsque les consignes d’hygiène ne sont pas respectées, il peut y avoir des risques d’infection de la cornée. On peut résumer en disant qu’un enfant prêt pour le port de lentilles se lave les mains après être allé aux toilettes sans qu’on lui demande ! » Malgré tout, l’utilisation, faite le soir, se fait la plupart du temps sous la supervision des parents.

Les premières expérimentations de cette solution ont été réalisées il y a plus de dix ans en France. « C’est une technique qui nécessite une formation, les ophtalmos spécialisés sont peu nombreux, précise Romain Nicolau. C’est en train d’augmenter progressivement. Notamment par le bouche-à-oreille : on voit débarquer toute une classe de maternelle chez le même spécialiste ! »

La correction est-elle définitive ?

Non, l’effet sur la vue « corrigée » dure une journée. Douze heures, selon Pauline Beaujeux. Voilà pourquoi il est important de porter ces lentilles toutes les nuits et suffisamment longtemps.

« La lentille va jouer deux grands rôles, précise-t-elle. Le premier, c’est de pouvoir s’abstenir de tout port de correction optique durant la journée, car la lentille génère un remodelage de la cornée centrale, ce qui corrige parfaitement la myopie. Mais il y a également un but thérapeutique : le contrôle de l’évolution de la myopie chez les enfants, un trouble qui se développe principalement à deux âges, 6-7 ans et 11-12 ans ». Dans le cas de la myopie, l’œil devient trop long, trop « grand ». Et « la lentille, avec ce remodelage, permet de freiner cette croissance de l’œil. »

Pour Pauline Beaujeux, l’intérêt de faire connaître cette piste méconnue est évident. « C’est un enjeu de santé publique, reprend la chirurgienne. Le nombre d’enfants myopes ne cesse d’augmenter. Et ils le deviennent de plus en plus tôt et avec une myopie très évolutive. » La faute aux antécédents familiaux, mais également aux écrans omniprésents. « En France, une étude publiée en 2015 estimait la prévalence de la myopie à 20 % avant 10 ans et 45 % avant 25 ans, explique-t-elle. On s’attend, si rien n’est fait, à compter une personne sur deux myope en 2050. Or, la myopie, surtout quand elle est forte, expose à développer des pathologies oculaires : maculopathie, glaucomes, décollement et déchirement de rétine… »

Ces lentilles ne permettent pas de stopper complètement l’évolution myopique, mais de la ralentir. Aucune chance donc, que votre enfant se retrouve avec une acuité visuelle de 10/10, même après des années. « Des méta-analyses prouvent qu’on réduit l’évolution de la myopie d’au moins 50 % », insiste la chirurgienne. Autrement dit, un enfant qui perdrait 1 dioptrie par an passerait à – 0,5. « La myopie ne peut pas régresser, d’où l’importance de débuter le traitement tôt, conclut-elle. Les enfants qui l’ont testé me disent que c’est magique de voir net à la plage, par exemple. »

Est-ce douloureux ?

Problème : dort-on vraiment bien avec un objet extérieur qui appuie sur son œil toute la nuit ? « La lentille est rigide, ce qui fait que quand on la pose, on a une impression de gêne, comme une poussière dans l’œil. Mais cet inconfort disparaît quand on ferme les yeux, rassure Pauline Beaujeux. Les enfants s’y font en quelques semaines. »

« A l’intérieur de la lentille, on met un liquide faisant interface entre la cornée et la lentille. Vous ne sentirez donc pas l’appui pendant la nuit », renchérit Romain Nicolau.

Combien ça coûte ?

Le port de lentilles de nuit n’est pas pris en charge par la Sécurité sociale, et de façon variable par les mutuelles, au même titre que les lentilles souples. « C’est un protocole long et rigoureux, avec plusieurs consultations à prévoir », avertit la chirurgienne. Globalement, il faut compter de 450 à 500 euros par an tout compris, auxquels s’ajoutent les six ou sept consultations la première année. Sachant que ces lentilles, sur mesure, se renouvellent tous les ans.