Coronavirus en Allemagne : Merkel dément avoir voulu donner des masques non certifiés aux SDF et personnes en situation de handicap

VRAI OU FAUX? Le parti CDU est ébranlé par ce scandale à trois mois des élections

20 Minutes avec AFP

— 

Merkel dément la proposition du gouvernement en mars 2020 de fournir des masques non certifiés aux SDF.
Merkel dément la proposition du gouvernement en mars 2020 de fournir des masques non certifiés aux SDF. — Tobias Schwarz/AP/SIPA

La chancelière allemande arrivera-t-elle à désamorcer la polémique ? Le ministre de la Santé, Jens Spahn, personnalité en vue au sein de la CDU, est au cœur d’une tempête politique depuis que le magazine Der Spiegel a affirmé que le ministre avait proposé au printemps 2020 de distribuer des masques fabriqués en Chine et non certifiés selon les directives de l' Union européenne​ à des structures accueillant des personnes handicapées ou sans domicile fixe.

Lundi, Angela Merkel a critiqué son partenaire gouvernemental social-démocrate, qui accuse le ministre de la Santé. « Il s’agit [pour les sociaux-démocrates] de donner une mauvaise image de la lutte contre la pandémie », a assuré la dirigeante conservatrice lors d’une réunion des dirigeants de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), son parti. Cette affaire « n’est pas étayée par des faits, c’est le moins que l’on puisse dire », a-t-elle ajouté.

Scandale à trois mois des législatives

A l’époque, la pandémie de nouveau coronavirus venait d’émerger et l’Allemagne, comme la France ou d’autres pays, faisait face à une pénurie criante de masques de protection. Le ministère du Travail, dirigé par Hubertus Heil, un responsable SPD, s’y était refusé, selon la même source.

A trois mois et demi des élections législatives, ces révélations ont contraint le ministre de la Santé à se défendre avec vigueur en exprimant son indignation alors que le SPD a multiplié les attaques contre lui.

« Un mépris sans précédent »

Jens Spahn, critiqué en début d’année pour les débuts laborieux de la campagne de vaccination, a assuré que ces masques garantissaient tout de même une protection contre les risques d’infection. La codirigeante social-démocrate Saskia Esken a dénoncé « un mépris sans précédent » du ministre et le coprésident, Norbert Walter-Borjans « une attitude inhumaine » qui « n’a rien à faire en politique ».

Le candidat des conservateurs à la chancellerie à l’issue des élections du 26 septembre, Armin Laschet a également volé au secours de Jens Spahn, assurant que les propos tenus par le SPD dans cette affaire n’étaient « pas acceptables ». Ces masques étaient, selon lui, certifiés par l’organisme allemand TÜV « et devaient vite être distribués en grand nombre » dans cette situation de pénurie d’alors.