Coronavirus : Tous les plus de 18 ans peuvent désormais prendre rendez-vous pour se faire vacciner

VACCIN Jusqu’à présent, les plus de 18 ans sans comorbidités n’avaient accès qu’aux doses non réservées la veille pour le lendemain

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration d'un vaccin anti Covid-19.
Illustration d'un vaccin anti Covid-19. — AFP

Une bonne nouvelle pour ceux qui n’étaient pas encore éligibles à la vaccination. Tous les majeurs peuvent désormais prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le coronavirus, a annoncé le ministère de la Santé, ce jeudi.

La prise de rendez-vous sur les plateformes de réservation par Internet (Doctolib, Keldoc, Maiia) a été élargie aux 18-49 ans depuis 11 heures. Pour eux, les rendez-vous débuteront le 31 mai, date de l’ouverture officielle de la vaccination à tous les majeurs en France, après la levée graduelle des conditions d’âge ou d’état de santé initialement en vigueur.

Des doses encore limitées

« Les réservations seront progressives, de nouveaux créneaux mis en ligne chaque jour sur les différentes plateformes », a pour sa part assuré le ministre, Olivier Véran, sur Twitter. « Les 50 ans et plus qui sont d’ores et déjà éligibles peuvent évidemment continuer à prendre rendez-vous », a par ailleurs précisé le ministère.

« Cette nouvelle étape ne va cependant pas permettre de répondre à toute la demande des patients », a de son côté prévenu Doctolib dans un communiqué, en pointant « un nombre encore limité de doses de vaccins, notamment Pfizer et Moderna ».

Près de 10 millions de Français entièrement vaccinés

« 28 millions de personnes adultes sont éligibles à la vaccination et non vaccinées à date pour en moyenne 500.000 rendez-vous disponibles chaque jour », poursuit la principale plateforme de réservation, qui « s’attend à une forte affluence sur ses services ».

Vacciner le plus largement possible est un enjeu crucial pour la France afin d’éviter une reprise de l’épidémie dans les semaines et les mois à venir, alors que les restrictions en vigueur sont progressivement relâchées. A ce stade, 24 millions de personnes ont reçu au moins une injection (soit 36 % de la population totale et 46 % de la population majeure), dont 10 millions en ont eu deux (15 % de la population totale et 19 % de la population majeure), selon le ministère.