Coronavirus au Pérou : Une enquête ouverte sur l’efficacité d’un dérivé de l’eau de javel contre la maladie

PANDEMIE Les élus du congrès ont approuvé par 49 voix contre 39 la création d’une commission d’évaluation du produit industriel pourtant jugé inutile contre le Covid-19 et très dangereux par des médecins

20 Minutes avec agence

— 

Eau de Javel. Illustration.
Eau de Javel. Illustration. — Andy Lauwers / Rex Feat / REX / Sipa

Le congrès péruvien a voté ce jeudi en faveur de l’ouverture d’une enquête destinée à évaluer l’efficacité de l’ingestion ou de l’injection du dioxyde de chlore, un dérivé de l’eau de javel, contre le Covid-19. Ils sont 49 élus à s’être ainsi prononcés pour la création d’un comité qui auditionnera des spécialistes tandis que 39 ont voté contre, rapporte Vice.

Cette décision a entraîné de nombreuses critiques dans une nation particulièrement touchée par le coronavirus. Le Pérou est le pays où le nombre de malades ramené à la population totale est le plus élevé au monde.

Une substance potentiellement mortelle

Le dioxyde de chlore est facile à se procurer en ligne, il sert à stériliser des équipements médicaux et désinfecter des aliments. Il était présenté, à tort, comme un remède contre le Sida, l’autisme ou le cancer. Les autorités sanitaires américaines en autorisent l’usage en bain de bouche en chirurgie dentaire.

Des médecins péruviens ont alerté sur le fait que le dioxyde de chlore est totalement inutile contre le coronavirus et peut même s’avérer mortel. En cas d’ingestion, il est également susceptible de causer diarrhées, vomissements, hémorragies internes, détresses respiratoires ou graves insuffisances hépatiques.

Un vote qualifié de « honte »

Face à la prise de position des médecins, le député Posemoscrowte Chagua a déposé le projet de loi finalement adopté. Il a estimé que la communauté scientifique répandait de fausses informations au sujet des bienfaits du produit industriel à base de javel.

L’issue du vote a été qualifiée de « honte » sur Twitter ce vendredi par Ed Malaga-Trillo, spécialiste en neurologie et député. « La situation pandémie au Pérou est lamentable, tout comme la situation de notre congrès », a quant à lui dénoncé Samuel Cosmé.

Le secrétaire général du syndicat péruvien des spécialistes en soins intensifs a notamment expliqué avoir traité plusieurs patients atteints du Covid-19 dont l’état déjà grave avait empiré à cause du dioxyde de chlore.