Coronavirus à Nantes : Le nombre de classes fermées dans l'académie augmente et frôle les 500

EPIDEMIE Avec le retour des vacances, le nombre de cas signalés dans les écoles augmente dans l'académie de Nantes

J.U.

— 

Illustratio dans une ecole primaire de Mantes la Jolie, le 19 mai 2020.
Illustratio dans une ecole primaire de Mantes la Jolie, le 19 mai 2020. — ISA HARSIN/SIPA
  • Près de 500 classes et six écoles sont fermées dans l'académie de Nantes, un chiffre en augmentation en raison du retour de vacances.
  • A l'échelle de la population générale, la situation s'améliore et la vaccination progresse.

Alors que les chiffres de l’épidémie continuent leur baisse dans les Pays-de-la-Loire (taux d’incidence de 152 cas pour 100.000 habitants), la courbe ne suit pas la même tendance dans les établissements scolaires de l’académie de Nantes. Selon les chiffres communiqués par le rectorat mercredi, près de 500 classes (497) sont actuellement fermées, dans les premier et second degrés. Six écoles affichent également portes closes, dont trois en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas une surprise, commente le docteur Pierre Blaise, directeur scientifique à l’ARS. Le retour de vacances crée une circulation plus importante du virus. »

Il n’empêche que « la situation reste préoccupante dans l’Education nationale », même si la proportion est très faible. Actuellement, 585 cas positifs ont été recensés parmi les élèves (342 la semaine dernière) et 81 chez les agents (38 la semaine dernière). En parallèle, les tests salivaires et antigéniques se poursuivent, alors que les autotests ne devraient être déployés qu’à partir de la semaine prochaine pour les lycéens. Rappelons que désormais, un seul élève positif déclenche la fermeture de la classe. Jeudi dernier, le ministère de l’Education nationale parlait de 5.000 classes fermées dans toute la France.

Plus d’un million de primo-vaccinés dans la région

Alors que l’ARS incite l’ensemble de la population à continuer à se faire dépister, c’est surtout sur l'accélération de la vaccination qu’elle mise. D’ailleurs, le cap symbolique du million de primo-vaccinés vient d’être dépassé dans la région, avec désormais 37 % des adultes concernés.

« Le rythme va encore s’intensifier avec une augmentation des doses livrées fin mai, promet Benoît James, directeur Covid à l’ARS. Nous passerons à 240.000 doses par semaine contre 160.000 actuellement. »