Coronavirus : Emmanuel Macron réunit un nouveau conseil de défense sanitaire ce mercredi matin

EPIDEMIE L’exécutif devrait notamment aborder la question de la rentrée scolaire. Les élèves du primaire doivent retourner en classe le 26 avril, collégiens et lycéens le 3 mai

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron à l'Elysée lors d'une réunion sur les vaccins, le 20 avril 2021.
Emmanuel Macron à l'Elysée lors d'une réunion sur les vaccins, le 20 avril 2021. — Lewis Joly/AP/SIPA

Comme chaque mercredi matin, Emmanuel Macron va réunir un nouveau conseil de défense sanitaire. L’exécutif devrait en profiter pour parler de la fin des vacances scolaires, dont le gouvernement a unifié les dates. Les élèves du primaire doivent retourner en classe le 26 avril, collégiens et lycéens attendront eux le 3 mai.

Surtout, le conseil va se réunir dans un contexte sanitaire beaucoup plus favorable. L’épidémie de Covid-19 semble amorcer une pente descendante en France et si le rythme actuel des vaccinations se poursuit, l’exécutif pourra atteindre son objectif de 20 millions de vaccinés avec au moins une dose pour la mi-mai. Toutefois, la situation reste encore trop fragile pour relâcher rapidement les restrictions.

Une approche territoire par territoire

Depuis cinq jours, « nous amorçons une décroissance de l’épidémie » a estimé Olivier Véran dans une interview lundi au Télégramme. Le ministre de la Santé s’appuie sur une diminution des contaminations : « On était monté à 40.000, on est aujourd’hui aux alentours de 33.000 cas chaque jour en moyenne ». Olivier Véran s’est ainsi dit ouvert à l’idée d’une approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage.

Le taux de reproduction (R0) du virus, indicateur clé correspondant au nombre de personnes infectées pour un seul malade, est « passé sous les 0,9 », a pour sa part relevé l’épidémiologiste Antoine Flahault sur RTL, prédisant que la baisse s’accentuera dans les jours qui viennent. C’est le cas surtout en Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Seule la Creuse est source d’inquiétude, avec des « clusters de nouveaux variants ». Mais, « ce serait trop prématuré d’ouvrir le pays aujourd’hui. La France est sur la bonne pente et doit tout faire pour conserver ce cap ».

Emmanuel Macron a pour le moment fixé pour la mi-mai la réouverture des premières terrasses de bars et de restaurants et de lieux culturels, promettant un protocole sanitaire strict, mais sans fixer de condition sanitaire, ni de chiffre maximal de contaminations. « Cela fera l’objet d’annonces en temps voulu », selon le ministre de la Santé.

Le problème des variants

Un autre sujet préoccupe les autorités : les variants, notamment celui qui cause des ravages au Brésil, mais est encore très peu présent en France métropolitaine. Pour tenter d’éviter leur propagation, le gouvernement a annoncé samedi des restrictions sur les voyages en provenance du Brésil, d’Argentine, du Chili, et de la Guyane, mais aussi d’Afrique du Sud.

Enfin, sur le front de la vaccination, l’Agence européenne des médicaments a considéré mardi que les bénéfices l’emportent sur les risques pour les vaccins Janssen et Astrazeneca. Emmanuel Macron s’est d’ailleurs félicité lors d’une réunion « vaccins » mardi soir que la vaccination « s’accélère » avec plus de 17 millions de doses déjà injectées. L’important est « de savoir comment on maintient ce rythme », notamment en raison de « difficultés pour convaincre sur l’AstraZeneca ». Le sujet devrait être sur la table ce mercredi à l’Elysée.