Essais cliniques «sauvages» dans une abbaye : Le professeur Fourtillan placé en détention provisoire

JUSTICE Ce dernier est l'un des intervenants du documentaire controversé sur le Covid «Hold-Up»

20 Minutes avec AFP

— 

Le professeur Jean-Bernard Fourtillan, poursuivi pour des essais thérapeutiques illégaux, a été placé en détention provisoire. (Illustration)
Le professeur Jean-Bernard Fourtillan, poursuivi pour des essais thérapeutiques illégaux, a été placé en détention provisoire. (Illustration) — SEBASTIEN BOZON / AFP

Jean-Bernard Fourtillan a été placé en détention provisoire ce mardi en raison de son refus répété de respecter ses obligations judiciaires. Intervenant dans le documentaire polémique  «Hold-Up» sur le Covid, ce dernier est visé par une enquête concernant un tout autre sujet.

Le professeur est mis en examen depuis mars 2020 dans une information judiciaire du pôle santé publique du tribunal de Paris, pour les essais qu'il est accusé d'avoir mené sans autorisation sur plus de 350 malades, notamment de Parkinson et d'Alzheimer. Ces essais, qui consistaient à administrer des hormones -- la valentonine, que le professeur affirme avoir découverte en 1994, et le 6-méthoxy-harmalan -- étaient organisés par le Fonds Josefa, créé par le professeur et son épouse, et se tenaient dans une abbaye près de Poitiers.

Fourtillan ne répondait plus à aucune convocation

«La justice vous a présenté une alternative en vous donnant des obligations, mais vous avez dit, encore aujourd'hui, que vous ne les respecteriez pas», a souligné la juge des libertés et de la détention (JLD) lors d'une audience au tribunal de Paris, en présence de quelques soutiens du professeur de 77 ans, figure de la sphère covid-sceptique et anti-vaccin.

«La détention, c'est la dernière solution», a déploré la magistrate. Evoquant «une décision difficile à prendre», compte tenu de l'âge du professeur et de son absence de dangerosité, elle a ajouté: «j'ai décidé (...) que vous deviez aller un temps en prison». La JLD a indiqué que Jean-Bernard Fourtillan, qui ne répondait plus à aucune convocation de la justice, serait interrogé dans les prochaines semaines par la juge d'instruction, laissant entrevoir la possibilité d'un réexamen rapide de sa détention.

«On a voulu m'éliminer»

Jean-Bernard Fourtillan avait été interpellé jeudi à Chaudes-Aigues (Cantal), en vertu d'un mandat d'arrêt délivré par la magistrate chargée de l'enquête, pour non-respect de ses obligations judiciaires: il lui est reproché le non-paiement de sa caution de 10.000 euros et une reprise de contacts interdite avec ses patients. La juge d'instruction avait déjà tenté de le faire comparaître de force en décembre, mais le professeur, interpellé alors dans le Gard, avait dû être hospitalisé quelques jours en psychiatrie.

«On a voulu m'éliminer car j'ai dit que le virus» responsable du Covid «a été créé par l'Institut Pasteur», a soutenu le professeur, masque sur le menton dans le box. Jean-Bernard Fourtillan a déclaré être convaincu que cette thèse, exprimée en novembre dans le documentaire «Hold-Up» et maintes fois réfutées depuis, était à l'origine de ses deux arrestations. «Professeur avec nous !», «Libérez Fourtillan !», ont clamé mardi après l'audience une vingtaine de ses soutiens qui guettaient la sortie du fourgon pénitentiaire.