Coronavirus : Dépister grâce à la voix, surveiller 100 patients à distance… Les innovations anti-Covid du futur

INNOVATION Parmi les 100 innovations sélectionnées pour le Grand prix Netexplo de l’innovation scientifique, certaines ont vocation à améliorer la lutte contre le Covid-19

Anissa Boumediene

— 

Parmi les 100 innovations en lice pour l'édition 2021 du Grand prix Netexplo de l'innovation, Team discover, une paire de lunettes imprimée en 3D, permet la surveillance à distance et simultanée des signes vitaux d'une centaine de patients Covid.
Parmi les 100 innovations en lice pour l'édition 2021 du Grand prix Netexplo de l'innovation, Team discover, une paire de lunettes imprimée en 3D, permet la surveillance à distance et simultanée des signes vitaux d'une centaine de patients Covid. — Netexplo
  • Ce mercredi se tient le Forum Netexplo de l’innovation, en partenariat avec l’Unesco.
  • Parmi les quelque 2.000 innovations captées par l’Observatoire Netexplo, 100 ont été sélectionnées, et une seule se verra décerner le Grand prix de l’innovation.
  • Parmi les candidats, 20 Minutes vous fait découvrir trois projets qui pourraient révolutionner le dépistage et la prise en charge des patients Covid.

L’innovation au service de la santé. Ça, ce n’est pas nouveau. En revanche, ce qui a changé depuis un an et le début de la pandémie de coronavirus, c’est qu’elle s’est mise au service de la lutte contre le Covid-19. Les chercheurs du monde entier sont à pied d’œuvre, et la relève planche elle aussi. Scientifiques ou étudiants, leurs idées pourraient révolutionner le futur. C’est là toute la quête de l’Observatoire mondial des innovations  Netexplo, qui, en partenariat avec l’Unesco, a capté pas moins de 2.000 innovations à travers le globe, pour en sélectionner 100, dans le cadre de son Forum Netexplo Innovation.

20 Minutes vous en fait découvrir trois qui, un jour, pourraient participer au dépistage du Covid-19 et améliorer le suivi des patients. En 2020, c’est Astroscale, une solution japonaise pour dépolluer l’espace, qui avait remporté les faveurs du public. Pour cette édition 2021, le Grand prix remis ce mercredi a récompensé la communauté féministe Smashboard.

Des lunettes imprimables en 3D pour surveiller les patients à distance

Cela ressemble à un accessoire de film de science-fiction ou un truc de gamer bien équipé. Mais « Team discover » pourrait s’avérer bien plus pratique que cela. Mis au point par une équipe de cinq étudiants hongrois arrivée en tête dans la catégorie Santé et vie du hackathon EUvsVirus, ce dispositif imprimé en 3D a l’aspect de lunettes et se porte… comme des lunettes. Le but : permettre aux patients Covid de faire surveiller leurs signes vitaux - température, saturation en oxygène ou encore fréquences respiratoires - à distance :

Les données recueillies sont transmises en temps réel sur une plateforme de surveillance, permettant aux soignants de garder un œil en même temps sur une grande quantité de patients. « Nous donnons des superpouvoirs aux infirmières, en leur permettant de surveiller cent patients dans le temps normalement nécessaire pour en checker un seul. Tout en étant à distance du risque », se félicite l’équipe hongroise, dont le prototype ne coûte que 21 euros.

Un analyseur vocal capable de détecter le Covid-19

C’est l’un des temples de la recherche scientifique mondiale. Au MIT (Massachusetts Institute of Technology), le prestigieux institut américain, des scientifiques ont développé un nouveau modèle d’intelligence artificielle. Baptisé « Cough-scrutinizing » [qui scrute la toux], l’outil est capable de détecter le Covid-19 par le son ! Oubliée l’introduction profonde et désagréable de l’écouvillon dans les narines, ici, le dépistage du Covid-19 se fait à partir d’une simple toux forcée.

Pour accomplir cet exploit, les chercheurs ont bien nourri leur intelligence artificielle, lui faisant ingérer les sons de dizaines de milliers d’enregistrements de toux et de mots prononcés par des porteurs du virus. Et les résultats sont plus que prometteurs : la machine affiche une précision de 98,5 %. Plus surprenant, l’efficacité est également au rendez-vous sur l’analyse d’échantillons sonores de malades asymptomatiques. Un « outil de diagnostic prédictif », avance l’Observatoire Netexplo, qui y voit un mode innovant de « détection non invasive des personnes infectées, asymptomatiques ou non, pour tenter d’enrayer le plus tôt possible la contamination en chaîne et à grande échelle ».

Cet outil, s’il se démocratisait, pourrait dans le futur permettre de tester des personnes fragiles ou de très jeunes enfants, chez qui il est difficile voire impossible de pratiquer un dépistage naso-pharyngé par PCR. Ou qui pourrait être utilisé auprès de populations situées dans des zones peu dotées en tests de dépistage.

Un robot polyglotte pour visiter les malades

Manque de personnel. Manque de masques, de surblouses ou d’autres équipements de protection des soignants. Tout cela, la France l’a éprouvé, en particulier durant la première vague de l’épidémie, où les soignants ont été massivement contaminés par le coronavirus. Mais elle n’est pas la seule, et de nombreux pays ont fait et font encore face à de telles difficultés. Pour tenter d’y remédier, des étudiants de l’École polytechnique de Dakar, en Côte d’Ivoire, ont créé « Docteur Car », un robot médical équipé d’innovations anti-Covid.

Leur invention, qui ressemble à un petit chariot, a plusieurs atouts en poche. Polyglotte, le petit robot parle pour l’instant l’anglais, le français, mais aussi le pulaar et le wolof, deux langues parlées au Sénégal, au Mali et dans d’autres pays de l’Afrique de l’ouest. Téléguidé par une appli, il se déplace dans les salles d’isolement pour livrer médicaments et repas aux malades, réduisant ainsi les contacts entre les soignants et les patients contagieux. Une innovation qui pourrait à l’avenir être utilisée dans des zones manquant d’équipements ou de soignants, lors d’épisodes épidémiques.