Coronavirus : Début ce mercredi de la production de vaccins contre le Covid-19 sur le sol français

VACCINATION C'est le sous-traitant français Delpharm qui ouvre le bal cette semaine en produisant le vaccin de Pfizer-BioNTech, puis une usine de Monts produira le vaccin de Moderna à partir de mi-avril 

20 Minutes avec AFP

— 

Des seringues avec le vaccin de Pfizer/BioNTech dans un vaccinodrome à Toulouse.
Des seringues avec le vaccin de Pfizer/BioNTech dans un vaccinodrome à Toulouse. — FRED SCHEIBER/SIPA

Le top départ, c’est mercredi. La production de vaccins en France contre le Covid-19 doit démarrer cette semaine, chez un sous-traitant français Delpharm, a-t-on appris lundi auprès du ministère français de l'Economie et des Finances, confirmant des informations de presse.

« La production doit commencer cette semaine, en l’occurrence mercredi chez Delpharm, dans son usine de Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir, nord-ouest de la France), pour (le compte du laboratoire allemand) BioNTech », partenaire de l’américain Pfizer, a indiqué Bercy à l’AFP.

Des lots-tests pour commencer

« Ils vont commencer par la production de lots-tests dans un premier temps, pour s’assurer que tout est conforme aux standards de qualité attendus et basculeront ensuite le plus rapidement possible sur de la production de lots commerciaux », a précisé le ministère de l’Economie français.

Le ministère a rappelé que le sous-traitant français Delpharm faisait partie des entreprises soutenues ces derniers mois par l’Etat, via l’appel à manifestation d’intérêt annoncé à la mi-juin 2020, et elle va grâce à ce soutien pouvoir mettre en flacons pour l’alliance Pfizer/BioNTech. Concernant la capacité de production, « les entreprises ne souhaitent pas à ce stade communiquer sur le volume attendu », a indiqué Bercy.

Des vaccins Moderna produits en France mi-avril

Car outre Delpharm, le Suédois Recipharm va produire des vaccins pour l’entreprise américaine Moderna, « à horizon mi-avril », dans son usine française de Monts (Indre-et-Loire, ouest).

Le façonnier Fareva devrait lui lancer « fin mai, début juin » la production du  CureVac, qui est encore soumis à la condition d’autorisation de mise sur le marché, dans ses usines de Pau et de Val-de-Reuil (Eure, ouest), a précisé Bercy. Enfin, le Français Sanofi va produire pour Janssen (filiale de Johnson & Johnson), à Marcy-l’Etoile (Rhône, sud-est).

« Quand on met tout ça bout à bout, on est sur au moins 250 millions de doses qui sortiront des sites français d’ici à la fin de l’année, en cumulé », a indiqué Bercy. Un chiffre qui ne comprend pas le vaccin mis au point par Sanofi, espéré pour le second semestre, si les essais cliniques s’avèrent concluants.