Coronavirus : Que faut-il retenir de la conférence de presse d'Olivier Véran ?

EPIDEMIE « 20 Minutes » fait le point sur les annonces du ministre de la Santé

M.A. avec AFP
— 
Coronavirus: Olivier Véran lors de la conférence de presse
Coronavirus: Olivier Véran lors de la conférence de presse — AFP

Départements confinés, hausse des patients en réanimation, vaccination des plus de 70 ans… Comme chaque jeudi, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a fait le point sur la situation épidémique en France.

Vous n’avez pas eu le temps de suivre la conférence de presse ? Pas de panique, la rédaction de 20 Minutes vous résume l’essentiel.

Trois nouveaux départements confinés

Les nouvelles restrictions sanitaires, dont la fermeture de commerces et l’interdiction de se déplacer au-delà de 10 km sans dérogation, ont été étendues à trois départements supplémentaires: le Rhône, l’Aube et la Nièvre, pour quatre semaines.

« Après concertation » avec les élus et les préfets, « il est apparu indispensable d’amplifier les mesures de protection » pour ces trois départements, qui s’ajoutent aux 16 déjà placés depuis ce week-end sous ces mesures de « freinage renforcé », a ajouté le ministre lors d’un point de presse. Parmi les mesures, figurent aussi l’interdiction des déplacements interrégionaux et la mise en place de jauges divisant par deux le nombre d’élèves par classe en lycée.

Pas de confinement strict prévu

Tout en affirmant que la « tendance n’est pas bonne », le ministre de la Santé a de nouveau justifié le choix de ne pas imposer un confinement strict, affirmant que les contraintes devaient être ajustées selon les territoires et mettant en avant « l’acceptabilité » pour les Français, « épuisés de lutter sans relâche depuis un an ».

Il a aussi fait valoir qu’il était « trop tôt » pour mesurer l’efficacité des mesures en vigueur depuis le week-end dernier. « Si la situation devait s’aggraver », « nous serions amenés à nous demander s’il faut aller plus loin », a-t-il tout de même prévenu.

24 départements placés en « vigilance renforcée »

En plus des trois départements reconfinés, 24 départements ont été placés en vigilance renforcée, soit à cause d’un taux d’incidence élevé, soit en raison de la saturation des services de réanimation. L’Orne, l’Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, l’Indre-et-Loire, les Ardennes, la Marne, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, l’Yonne, le Doubs, le Jura, l’Ain, la Haute-Savoie, la Savoie, l’Isère, la Loire, les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence, le Var, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, le Gard et la Lozère sont concernés.

Vaccination pour toutes les personnes de plus de 70 ans

A compter de samedi, « la vaccination sera ouverte à toutes les personnes de plus de 70 ans, qui auront le choix de se rendre en centre de vaccination, chez leur médecin traitant ou dans leur pharmacie », a confirmé Olivier Véran. Le ministre de la Santé a également assuré qu’il y allait avoir « une montée en puissance continue » et que « plus de 10 millions de personnes auront été vaccinées à la mi-avril, (…) soit une majorité des personnes les plus vulnérables ».

Des protocoles renforcés dans les écoles

Justifiant de laisser les écoles ouvertes, le ministre de la Santé a rappelé que la fermeture des établissements scolaires était une « décision de dernier recours que nous voulons à tout prix éviter » et qui aurait « des conséquences très lourdes sur le développement des enfants et le quotidien des parents ».

« Avec le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, nous travaillons à des protocoles renforcés. Toute la communauté éducative veille à ce que la vie dans les écoles, les collèges et les lycées puisse continuer en limitant au maximum les risques de transmission », a-t-il précisé.

Hausse du nombre de patients en réanimation

Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation a continué de progresser jeudi, dépassant les 4.700 personnes et se rapprochant davantage du record de la deuxième vague à l’automne, selon les chiffres de Santé publique France, dévoilés par le ministre. Le chiffre en réanimation est en hausse régulière depuis le plus bas enregistré le 7 janvier (2.573 patients). Il a atteint jeudi 4.709 contre 4.651 la veille, et progresse vers le record de la deuxième vague qui était de 4.903 le 16 novembre.

Au cours des dernières 24 heures, 408 malades sont entrés en réanimation contre 384 la veille. Le nombre total de personnes hospitalisées en France avec un diagnostic positif au Covid-19 se monte à 27.036, avec 1.860 nouvelles admissions en 24 heures. 228 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures à l’hôpital. « La dynamique épidémique est forte », a souligné le ministre de la Santé Olivier Véran lors d’une conférence de presse jeudi.

« Rajeunissement » des patients en réanimation

« Nous constatons un relatif rajeunissement » des patients admis en réanimation, « en comparaison des données observées en novembre et en décembre 2020 », a admis Olivier Véran. « Comme beaucoup de réanimateurs en témoignent, le profil de ces patients change : plus jeune et parfois sans comorbidité », a-t-il ajouté. « Nous observons également une tendance à l’augmentation du risque d’être admis en réanimation quand on est malade entre 15 et 75 ans, depuis le mois de février dernier », a-t-il précisé.