Coronavirus : Un impact « important » de l’épidémie sur la lutte contre le sida

CONSEQUENCES Dans certains pays, les dépistages ont chuté jusqu’à 50 % depuis le début de l’épidémie de coronavirus

20 Minutes avec AFP
— 
Pour Françoise Barré-Sinoussi, présidente de Sidaction, le grand public doit se remobiliser vis-à-vis du sida.
Pour Françoise Barré-Sinoussi, présidente de Sidaction, le grand public doit se remobiliser vis-à-vis du sida. — Vincent Isoré

La crise sanitaire liée au coronavirus a eu un impact « malheureusement important » sur la lutte contre le VIH, en raison par exemple d'« une chute » des dépistages, a alerté la prix Nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi, présidente de l’association Sidaction, ce dimanche dans un entretien au JDD.

« L’impact a malheureusement été important. Sur l’année écoulée, les dépistages ont chuté jusqu’à 50 % dans certains pays, et l’utilisation de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) a fortement reculé, en lien avec l’épidémie de Covid », a déclaré la virologue.

Dix ans d’efforts de lutte perdus

Des projections de l’Onusida – le programme des Nations unies sur le VIH – « font craindre des chiffres affolants : jusqu’à 300.000 cas d’infection de plus et jusqu’à 150.000 décès supplémentaires d’ici à 2022 » dans le monde, a ajouté la lauréate du Nobel (en 2008, pour avoir codécouvert le virus de l’immunodéficience humaine).

« Certains estiment que l’on pourrait perdre dix ans d’efforts dans la lutte contre le sida », a mis en garde la médecin. Elle a regretté par ailleurs que les leçons apprises pendant l’épidémie du VIH n’aient « pas suffisamment été prises en considération ». « Face à une épidémie virale, il faut créer un environnement favorable aux changements de comportement », or « on n’a pas assez travaillé avec le milieu associatif, qui a la capacité de passer des informations au grand public de façon à ce qu’elles soient acceptées », a-t-elle dit.

Le vaccin ARN, un espoir ?

« En d’autres termes, il y a eu d’énormes défauts de communication et des contradictions, y compris entre soignants », a ajouté la virologue. Françoise Barré-Sinoussi espère que l’épidémie de Covid « va nous permettre d’apprendre des choses sur le VIH ». « On n’avait jamais essayé jusqu’à présent de vaccin à ARN contre le VIH. Moderna, entre autres, est en train d’en développer un : je ne sais pas si ça va marcher, mais on apprend les uns des autres », dit-elle.

Le Sidaction, opération annuelle visant à sensibiliser la population et à lever des fonds pour financer la recherche et soigner les patients, se déroule cette année du 26 mars au 8 avril.