Coronavirus : Trois premiers patients transférés hors d'Ile-de-France

EPIDEMIE « Au moins quatre autres patients » seront transférés dimanche, selon  Frédéric Adnet, directeur du Samu de Seine-Saint-Denis

B.D. avec AFP

— 

Un transfert de patient entre Paris et Rennes pendant la première vague, illustration
Un transfert de patient entre Paris et Rennes pendant la première vague, illustration — Mathieu Pattier/SIPA

Trois premiers patients Covid-19 en réanimation d’Île-de-France sont en cours de transfert ce samedi par hélicoptère vers des hôpitaux de l’ouest de la France, a indiqué à l’AFP Frédéric Adnet, directeur du Samu de Seine-Saint-Denis. « Les transferts sont en cours. Ces patients vont à Nantes, Angers et au Mans », a-t-il déclaré. « Au moins quatre autres patients » seront transférés dimanche, a-t-il ajouté.

Pour que ces patients puissent être transférés, il faut « qu’ils soient dans un état stable » et que « les familles aient donné leur accord », a-t-il précisé. Si elle était décidée, une évacuation plus massive de patients par TGV n’aurait lieu qu’en « milieu de semaine prochaine » car il y a « une énorme logistique à mettre en place », a-t-il ajouté. À la SNCF, où il faut entre 48 et 72 heures pour équiper une rame, on indiquait vendredi qu’aucune commande officielle n’avait encore été passée.

« Entre 20 et 30 % de déprogrammation » à l’AP-HP

Selon l’Agence régionale de santé, 1.082 malades étaient hospitalisés vendredi en réanimation en Île-de-France, la région la plus peuplée du pays. Vendredi, Jean Castex a admis que la situation hospitalière était « extrêmement tendue en Île-de-France » en raison de l’augmentation du nombre de personnes en réanimation, et estimé qu’il fallait se « tenir prêt à tout moment à prendre des mesures » supplémentaires. Pour l’heure, l’exécutif a cependant écarté le reconfinement le week-end ou complet en Île-de-France.

Un choix qui fait grincer certains responsables de régions où des confinements de week-end ont été réintroduits récemment, comme Renaud Muselier, président de Paca, qui a dénoncé ce samedi une « injustice » entre les Alpes-Maritimes, qui entament leur troisième week-end de confinement, et la Seine-Saint-Denis, département de banlieue parisienne également très touchée. Mais le gouvernement réplique qu’il n’est pas possible de confiner un seul département dans une région aussi peuplée et imbriquée de l’Île-de-France.

Le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, avait pour sa part affirmé qu’il y avait « entre 20 et 30 % de déprogrammation » des activités non urgentes pour faire de la place aux patients Covid, ajoutant : « Ça se joue au lit près ».