Vaccination : Comment va s’organiser la campagne chez les pharmaciens, les infirmières et les sages-femmes

CORONAVIRUS Depuis vendredi dernier, un décret autorise pharmaciens, infirmières et sages-femmes à vacciner contre le Covid-19

Oihana Gabriel
— 
Illustration d'une pharmacie.
Illustration d'une pharmacie. — Clément Follain / 20 Minutes
  • Si un décret autorise désormais les pharmaciens, les sages-femmes et les infirmières à vacciner contre le Covid-19 avec de l’AstraZeneca, il existe des différences entre ces trois professions.
  • Elles s’organisent pour être prêtes quand les doses seront disponibles, afin de vacciner rapidement.
  • Qui pourra vacciner, et quand ? 20 Minutes fait le point.

Verra-t-on devant les pharmacies de longues files de patients attendant d’être inoculés ? Pour accélérer le rythme de la vaccination contre le Covid-19, le gouvernement a récemment ouvert la possibilité d’injecter l’AstraZeneca à d’autres professionnels de santé que les médecins. Un élargissement qui pourrait aussi concerner les vétérinaires et les biologistes. Le ministère de la Santé a en effet assuré ce mardi n'« exclure aucune piste pour diversifier la population de ceux qui pourront vacciner ».

Mais concrètement, en cette période très tendue concernant les doses de vaccins, comment les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes s’organisent-ils ? 20 Minutes fait le point.

Qui peut faire quoi ?

Selon le décret paru vendredi dernier au Journal Officiel, les sages-femmes et les pharmaciens peuvent dès à présent prescrire et injecter le vaccin AstraZeneca aux patients prioritaires. A charge pour ces professionnels de santé de s’assurer que les Français qui prennent rendez-vous font partie des plus de 75 ans ou des plus de 50 ans souffrant des comorbidités listées par la Haute Autorité de santé.

En revanche, les infirmiers peuvent vacciner, mais pas prescrire le vaccin. Une différence qui n’a pas tellement plu à l’Ordre des infirmiers. « Il est impossible aujourd’hui de prescrire et de réaliser les injections à domicile, explique l’Ordre. C’est pourtant l’expertise des infirmiers libéraux, les seuls professionnels de santé proches des patients qui ont des difficultés pour se déplacer, n’ont pas de médecin traitant, vivent souvent isolés, sont parfois alités. Il est indispensable de leur amener le vaccin. C’est le trou dans la raquette de la stratégie vaccinale. » Au rythme où la campagne vaccinale évolue, il y a fort à parier que cette restriction pourrait être levée.

Quand vont-ils commencer à vacciner ?

Si l’autorisation de vacciner date de vendredi dernier, ces professionnels de santé doivent attendre de recevoir des doses. Or, les premières réservées pour les officines sont prévues pour le 16 mars. La vaccination en pharmacie devrait donc démarrer le 18 mars.

Avec combien de doses précisément ? 280.000, nous confirme le ministère de la Santé ce mardi. « La livraison d’AstraZeneca est très basse cette semaine, voilà pourquoi le portail de commandes n’a été ouvert qu’aux pharmaciens », se justifie-t-on après la polémique provoquée par l’impossibilité pour les généralistes de commander des doses.

« Cela ne sert à rien que tous les Français se précipitent dans les officines, prévient Carine Wolf-Thal, présidente de l’Ordre des pharmaciens. On ne pourra vacciner que 10 à 20 personnes » dans un premier temps.

Quant aux sages-femmes et aux infirmiers, aucune dose ne leur a été réservée pour le moment.

Quelles sont les problématiques matérielles ?

Si les pharmaciens, les infirmières et les sages-femmes peuvent vacciner uniquement avec de l’AstraZeneca, c’est parce qu’il est beaucoup plus simple d’usage que ceux de Pfizer et de Moderna. Chaque flacon contient dix doses, aucune dilution n’est nécessaire et surtout, il peut être conservé, fermé, entre 2 et 8 °C pendant six mois. Or, toutes les pharmacies disposent d’un réfrigérateur. Reste que maintenir ces précieux sérums à bonne température pourrait être un défi pas simple à relever pour les transporteurs comme pour les pharmaciens.

« Avoir un frigo, c’est bien, prouver qu’il est à bonne température, c’est mieux, plaide Adrien Content, cofondateur de la start-up Koovea, qui propose une solution pour contrôler la température de ces réfrigérateurs. La loi oblige à avoir un enregistrement des températures les plus hautes et les plus basses. Mais beaucoup d’officines n’ont aucun outil pour réaliser ce contrôle. Entre 5 et 10 % de produits pharmaceutiques sont perdus à cause d’une rupture de la chaîne du froid dans le monde, reprend Adrien Content. Un vaccin qui va geler ou qui prend chaud, cela peut le détruire, le rendre moins efficace, voire accentuer des effets secondaires, selon certaines études. »

Où se dérouleront ces vaccinations ?

Dans les officines habituées à vacciner contre la grippe. « Aujourd’hui, on compte 18.000 (sur 24.000) pharmacies qui sont habilitées à vacciner, précise Carine Wolf-Thal. Ce qui veut dire qu’elles sont déclarées à l’Agence régionale de santé, les pharmaciens sont formés et disposent d’un local de confidentialité. » Ces derniers ont jusqu’à mercredi soir pour commander des doses. Lundi soir, 14.000 d’entre eux avaient déjà passé commande. « Un chiffre qui montre leur très forte adhésion », se félicite le ministère de la Santé.

« Ces pharmaciens qui auront commandé disposeront d’un flacon d’AstraZeneca, parfois 2 ou 3 quand elles se trouvent dans les 23 départements en vigilance orange », reprend la présidente de l’Ordre des pharmaciens. Côté formation, ils sont encouragés à suivre des cours des lignes, se pencher sur les documents du ministère ou sur les outils pratiques mis en ligne par l’Ordre pour être au point sur les procédés spécifiques à la vaccination anti Covid-19. Notamment l’enregistrement des patients vaccinés sur la plateforme vaccination Covid.

Pour les infirmiers, les choses ne sont pas très claires. Vu qu’ils ne peuvent pas prescrire, qu’aucune dose ne leur a été réservée et qu’ils doivent s’assurer qu’un médecin peut intervenir à tout moment, seuls les infirmiers travaillant en cabinet médical ou en maison médicale pourront vacciner.

Comment prendre rendez-vous ?

« Comme pour la grippe, le système est souple, résume le ministère. Vous pouvez vous rendre en pharmacie pour demander si votre pharmacien a commandé des doses et comment il souhaite procéder pour les rendez-vous. » Vous pouvez également vous renseigner sur santé.fr, qui listera les offres de vaccination autour de votre domicile. Et ainsi voir si votre pharmacie propose des rendez-vous à prendre sur tel logiciel, a réservé un créneau pour la vaccination…

Plusieurs plateformes proposent depuis quelques jours aux Français prioritaires de réserver leur rendez-vous en pharmacie sur avecmondoc et maiia.com/vaccins-pres-de-chez-moi.