Coronavirus en Occitanie : La situation y est-elle vraiment meilleure que dans le reste de la France ?

EPIDEMIE Alors que la vaccination se poursuit, les indicateurs stagnent dans la région où la situation est « maîtrisée mais reste fragile » selon le directeur de l’Agence régionale de santé d’Occitanie

Béatrice Colin

— 

Près des berges de la Garonne, à Toulouse, en période d'épidémie de Covid-19.
Près des berges de la Garonne, à Toulouse, en période d'épidémie de Covid-19. — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Alors que certains départements français voient leur taux d’incidence exploser, l’Occitanie a enregistré trois semaines de baisse, avant une stagnation ces derniers jours.
  • L’effet de la vaccination se fait sentir puisque le nombre de cas de Covid-19 en Ehpad a chuté et le taux d’incidence chez les plus de 75 ans est en baisse de 27 % la semaine dernière.
  • Reste des sources d’inquiétude, notamment la prédominance du variant britannique plus contagieux, repéré désormais dans 61 % des cas.

Alors des confinements localisés sont imposés le week-end à Dunkerque et à Nice et qu’une réflexion est sur la table pour des villes comme Paris, Lyon ou Marseille, en Occitanie « la situation est maîtrisée mais fragile », a expliqué ce mercredi le directeur de l’Agence régionale de santé, Pierre Ricordeau.

Après avoir atteint des taux d’incidence de près de 250 cas positifs au Covid-19 sur 100.000 habitants début février, depuis trois semaines ces derniers sont en baisse continue. Ils sont de l’ordre de 150 cas en moyenne sur l’Occitanie, dont quatre départements en dessous de la barre des 100 cas : l’Aveyron, le Lot, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Orientales.

Une baisse de 27 % de cas chez les plus de 75 ans

« Cette baisse a été assez générale, certains départements connaissent une remontée mais qui reste limitée. Il y a une baisse du dépistage : nous sommes passés à 200.000 tests avant les congés à 165.000 aujourd’hui. Il y a aussi un certain allégement sur le système hospitalier, 425 nouvelles hospitalisations sont enregistrées chaque semaine contre 800 début février », relève Pierre Ricordeau, le directeur de l’ARS.

Les contaminations en Ehpad, qui sur une année ont enregistré 1.400 décès dus au Covid-19, ont aussi chuté à 300 nouvelles contaminations chaque semaine contre 800 il y a encore peu.

Une tendance qui s’explique notamment par la vaccination : 83 % des résidents en Occitanie ont en effet vacciné, dont les trois-quarts ont reçu leur seconde dose. Et sur les 75 ans et plus, ce taux de vaccination atteint 30 %, quand il est seulement de 5,3 % sur la population générale. Alors que le taux d’incidence a stagné la semaine dernière sur l’ensemble des habitants d’Occitanie, il a baissé de 27 % sur cette tranche d’âge.

La prédominance du variant britannique

Mais derrière ces résultats bien meilleurs que ceux de huit autres régions françaises, des inquiétudes persistent. Notamment concernant la diffusion du variant britannique, qui n’est pas sans impact dans des secteurs comme Lunel, Béziers ou les départements les plus peuplés de la région.

« Si les variants brésiliens et sud-africains sont très peu présents en Occitanie – 2 % des tests contre 6 % au niveau national –, le variant britannique plus contagieux représente désormais 61 % des tests contre 58 % au niveau national », précise Pierre Ricordeau qui rappelle que les gestes barrières restent l’un des meilleurs moyens de limiter la diffusion du coronavirus.