Coronavirus en Guadeloupe : L'épidémie accélère à nouveau, nouveau variant suspecté

EPIDEMIE Le taux de positivité a dépassé 8, se rapprochant dangereusement du seuil d'alerte (10)

B.D. avec AFP

— 

Des infirmières en soins intensifs s'occupent de patients souffrant du Covid-19, au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le 24 septembre 2020.
Des infirmières en soins intensifs s'occupent de patients souffrant du Covid-19, au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le 24 septembre 2020. — Lara Balais / AFP

La préfecture de Guadeloupe a constaté ce samedi une « accélération de la reprise » de l’épidémie de Covid-19 sur l’île et s’inquiète de la « présence très probable d’un nouveau variant ».

« Les cinq premiers jours de cette semaine sur l’archipel » ont montré que la propagation de l’épidémie, qui stagnait depuis une vingtaine de semaines, s’intensifie, selon la préfecture de Guadeloupe. « Le taux d’incidence sur sept jours glissants se situe autour de 90/100 000 habitants et le taux de positivité a dépassé 8, se rapprochant dangereusement du seuil d’alerte (10) », précise la même source.

Vers un « couvre-feu partiel ou généralisé »

Mardi, lors du point presse hebdomadaire sur la situation sanitaire locale, les autorités avaient recensé 23 personnes hospitalisées. Ce samedi, il y en avait 4 de plus, dont 9 patients en réanimation. La préfecture recense également « 16 clusters dont 10 récents sont en cours d’investigation ». Avec le décès d’un homme « de moins de 55 ans », le nombre de décès liés au Covid-19 atteint 158 personnes sur l’île.

Avec 50 cas identifiés en une seule journée, le nombre de cas confirmés du variant dit anglais « poursuit son augmentation » et inquiète les autorités, qui ont également détecté « un autre variant » en cours d’analyse.

Dès mardi, le préfet Alexandre Rochate avait annoncé renforcer des mesures sanitaires, comme l’augmentation des jauges dans les lieux de rassemblement (stades, supermarchés, piscine, etc.). « Si la dégradation observée ces deux dernières semaines » et surtout « depuis lundi » continue, le préfet n’exclut pas d’autres mesures comme les huis-clos pour les événements sportifs, la restriction de l’accès aux plages et aux rivières, et parle même d’aller jusqu’au « couvre-feu partiel ou généralisé ».