Coronavirus : Le président de la Fédération hospitalière de France demande «des mesures plus drastiques»

RESTRICTIONS Frédéric Valletoux alerte sur le risque de saturation des hôpitaux

20 Minutes avec AFP

— 

Une infirmière et une aide-soignante au chevet d'un malade du Covid-19 en novembre 2020 à l'hôpital de Grasse.
Une infirmière et une aide-soignante au chevet d'un malade du Covid-19 en novembre 2020 à l'hôpital de Grasse. — Frederic DIDES/SIPA

Le débat sur les mesures de restrictions nécessaires pour endiguer le coronavirus fait rage depuis que le gouvernement a placé jeudi en « surveillance renforcée » 20 départements. Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) et maire Agir de Fontainebleau, a demandé ce vendredi « des mesures plus drastiques » afin de limiter la saturation des hôpitaux par des patients atteints de Covid-19.

« Je demande qu’ils [le gouvernement] n’hésitent pas à prendre des mesures drastiques là où c’est nécessaire, il ne faut pas attendre que les hôpitaux soient débordés comme c’est le cas à Dunkerque car la réalité, c’est que le confinement est annoncé », a-t-il déclaré sur le plateau de France 2.

10 à 20 % » des actes hospitaliers déprogrammés en Ile-de-France

« Il arrive un moment où on ne tient qu’en évacuant les patients ou qu’en déprogrammant et, quand on déprogramme (…), vous ne savez pas si ça ne représente pas une perte de chances pour ces personnes (…). Ce n’est jamais facile de déprogrammer et ce n’est pas un acte sans conséquences », a-t-il ajouté.

Il a réaffirmé qu'« entre 10 et 20 % » des actes hospitaliers avaient été déprogrammés depuis mi-janvier en Ile-de-France « pour permettre de tenir ». « Plus on reconfinera tard, plus on sait que les lignes hospitalières vont être sollicitées, c’est mécanique », a-t-il insisté.

A Paris, « concours Lépine de la fausse bonne idée »

« Dans certains territoires (comme les Alpes maritimes ou la région de Dunkerque), il aurait fallu peut-être des mesures plus drastiques tout de suite » et « interdire la mobilité ou la restreindre pour empêcher les flux et allées et venues ».

Interrogé sur la proposition de la mairie de Paris de reconfiner la capitale strictement pendant trois semaines afin « d’avoir la perspective de tout rouvrir » ensuite, y compris bars, restaurants et lieux culturels, Frédéric Valletoux l’a qualifiée de « concours Lépine de la fausse bonne idée ».

Concernant la vaccination, il a déploré un « manque » de vaccins. « Aujourd’hui les chaînes logistiques existent (…), ce qui manque c’est les vaccins », a-t-il dit, en précisant que dans « sa ville » (Fontainebleau), où une « centaine de personnes sont vaccinées quotidiennement » il « pourrait vacciner quatre à cinq fois plus » s’il disposait du nombre de vaccins nécessaires.