Coronavirus en Loire-Atlantique : Forte progression des variants, désormais majoritaires

EPIDEMIE Les variants du Covid-19 pèsent désormais plus de 60 % des cas positifs dans le département de Loire-Atlantique. Ce qui n’augure rien de bon

Frédéric Brenon

— 

Un dépistage nasopharyngé du Covid-19 (illustration).
Un dépistage nasopharyngé du Covid-19 (illustration). — G. Durand / 20 Minutes
  • Les contaminations au Covid-19 repartent à la hausse en région Pays-de-la-Loire.
  • La part des variants parmi les cas positifs a fortement augmenté en Loire-Atlantique.
  • Les autorités sont inquiètes, les variants étant réputés plus contagieux.

L’agence régionale de santé (ARS) prévoyait que ça allait arriver d’ici au mois de mars. Cela aura été un peu plus rapide. Les variants, qu’ils soient britanniques, sud-africain ou brésilien, sont désormais majoritaires parmi les cas positifs de Covid-19 en  Loire-Atlantique. Ils représentent ainsi 62 % des nouvelles contaminations de ce département, selon les derniers résultats de criblage effectués et dévoilés mardi soir.

La progression est soutenue puisqu’ils ne représentaient, en fin de semaine dernière, que 48 % des cas positifs de Loire-Atlantique. Une évolution qui inquiète fortement les autorités dans la mesure où ces variants sont réputés plus contagieux et plus virulents que la première forme de Covid-19. « Il est constaté, au plan national, que sur les territoires sur lesquels ils sont devenus majoritaires, l’épidémie progresse très rapidement », alerte l'ARS.

Les dépistages massifs confirment la tendance

Pour tenter d’enrayer le développement de ces variants, l’ARS a organisé vendredi et samedi un dépistage massif dans les quartiers nord de Nantes. Seuls 14 cas positifs (sur 661 prélèvements) ont été comptabilisés mais 70 % d’entre eux étaient dus à un variant. Une autre opération de dépistage massif se déroule dans les quartiers nord-est de Nantes depuis mardi et jusqu’à ce mercredi soir.

Bien que moins touchés, les autres départements des Pays-de-la-Loire sont aussi confrontés aux variants. Ils pèsent désormais 50 % des nouvelles contaminations en Maine-et-Loire, 44 % en Vendée, 38 % en Mayenne et 29 % en Sarthe. A ce rythme, ils seront majoritaires dans toute la région d’ici à la semaine prochaine.

Le premier cas de variant britannique en Pays-de-la-Loire avait été détecté le 12 janvier à Cholet. Le variant sud-africain avait, lui, été repéré pour la première fois le 15 janvier dans l’agglomération nantaise.

Les contaminations à la hausse

Si l’on regarde l’épidémie globale, les contaminations de coronavirus repartent légèrement à la hausse en région Pays-de-la-Loire. Le taux d’incidence régional s’élève à 140 cas pour 100.000 habitants, contre 120 une semaine plus tôt. C’est toujours en deçà de la moyenne nationale (201 pour 100.000 habitants). Le taux de positivité parmi les personnes testées augmente lui aussi (5,1 % contre 6,4 % en France). C’est en Maine-et-Loire que la circulation du virus semble la plus active.

Quelque 58 malades du Covid-19 sont décédés en une semaine en Pays-de-la-Loire. Le nombre de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin s’élève, lui, à 228.000, affirme l’ARS. Pour rappel, la région compte 3,8 millions d’habitants.