Coronavirus : Des médecins scolaires demandent de fermer toutes les écoles pendant un mois

GRANDES VACANCES Les médecins scolaires veulent profiter des vacances d’hiver pour stopper l’épidémie

20 Minutes avec AFP
— 
Dans une école parisienne au temps du Covid-19. (illustration)
Dans une école parisienne au temps du Covid-19. (illustration) — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Et si les écoles ne rouvraient pas à la fin des vacances ? L’inquiétude grandissante autour des variants du coronavirus a conduit, en attendant, lundi à un nouveau durcissement des règles sanitaires à l’école, qui risque de se traduire par une accélération des fermetures de classes ou d’établissements dans les semaines à venir. Mais toutes les écoles ne sont pas ouvertes actuellement, puisque les vacances de février ont débuté samedi dans la première des trois zones.

Le syndicat majoritaire des médecins de l’Education nationale (SNMSU-UNSA) a proposé lundi la fermeture de tous les établissements scolaires dès maintenant, pour la durée des vacances de février des 3 zones géographiques, soit pendant quatre semaines. Une fermeture qui viserait, selon lui, à « ralentir la circulation du virus dans les établissements scolaires afin de tenter d’éviter une fermeture qui risque d’être beaucoup plus longue dans le cadre d’un confinement ».

Des chefs d’établissements prennent les devants

Certains chefs d’établissements ont pris les devants en anticipant que l’école ne rouvrirait peut-être pas à la fin des congés. Les parents d’une école de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) ont ainsi reçu ce mail : « Pour les vacances, par précaution, nous demanderons aux enfants de partir vendredi avec tous les manuels, fichiers et cahiers. En effet, nous préférons anticiper et prévoir un confinement qui se déciderait éventuellement pendant les vacances ».

Mardi, Olivier Véran, le ministre de la Santé, avait sur FranceInfo écarté cette piste. « La situation aujourd’hui ne justifie pas de mesure de confinement généralisée », a-t-il assuré, parlant d’un niveau épidémique « stable et élevé ».