Coronavirus : Un nouveau test plus rapide développé à la Réunion

PANDEMIE S’il semble aussi fiable que le test RT-PCR classique, le test RunCov est beaucoup plus rapide : maximum 30 min de traitement, contre une dizaine d’heures pour le premier

20 minutes avec agence

— 

Un enfant fait un test anti-Covid.
Un enfant fait un test anti-Covid. — Vit Cerny/AP/SIPA

Spécialisé dans la recherche agronomique, le Cirad de la Réunion vient de mettre au point un nouveau test de dépistage au Covid-19 : le RunCov. Comme le rapporte Libération, ce dernier s’inspire de diagnostics de maladies de végétaux. « Or ces méthodes moléculaires dites RT-Lamp, basées sur l’amplification de morceaux d’ADN de l’agent pathogène, fonctionnent aussi sur les virus humains », explique la chercheuse Isabelle Robène.

Fiable à 90 %

Après plusieurs mois d’essais, la procédure est désormais bien huilée. Tout comme pour un test RT-PCR classique, le prélèvement se fait par voie nasale. Les échantillons sont ensuite chauffés à 95 degrés, puis placés dans une petite machine. En 10 à 30 min, elle est capable d’indiquer si le test est positif ou non.

Un gain de temps phénoménal comparé aux tests PCR, dont les résultats ne sont connus qu’après une dizaine d’heures de traitement. Bien sûr, les tests antigéniques sont eux aussi particulièrement rapides, mais jusqu’à deux fois moins fiables que les deux premiers. Selon le directeur régional du Cirad, RunCov affiche une sensibilité d’environ 90 %.

Testé à l’aéroport

Autre avantage à cette méthode : sa capacité à mettre les professionnels de santé sur la piste du variant britannique. En effet, ce test amplifie deux morceaux du génome, les zones S et N. Or, le variant anglais semble ne pas activer la zone S. Ainsi, « si on a un résultat S- et N +, on a donc une forte suspicion de sa présence », relatent les chercheurs.

Devant des résultats si prometteurs, le Centre national de référence des virus des infections respiratoires de Lyon s’est montré favorable au RunCov et le ministère de la Santé vient de l’inscrire officiellement dans la liste des tests disponibles. Dans les jours qui suivent, il sera appliqué à l’hôpital de Saint-Pierre. Ensuite, il devrait être pratiqué sur la liaison aérienne reliant La Réunion à Mayotte, puis sur les vols entre La Réunion et la métropole.