Coronavirus : Le vaccin AstraZeneca administré aux soignants dès samedi

VACCINATION La première livraison de vaccins AstraZeneca « sera affectée aux établissements de santé, pour protéger les professionnels de santé, hospitaliers et de ville », a assuré jeudi le chef du gouvernement

A.B.

— 

Le vaccin du laboratoire AstraZeneca sera administré dès ce samedi aux soignants.
Le vaccin du laboratoire AstraZeneca sera administré dès ce samedi aux soignants. — SOPA Images/SIPA

Trois. C’est le nombre de vaccins anti-Covid dont dispose désormais la France. Après l’autorisation accordée au vaccin AstraZeneca par l’Agence européenne du médicament (EMA) le 29 janvier, la Haute Autorité de santé (HAS) a précisé mardi la place de ce vaccin dans la stratégie vaccinale française. Elle recommande de le réserver aux personnes de moins de 65 ans. Et les soignants devraient être les premiers à en bénéficier, « dès ce samedi », a précisé jeudi le Premier ministre Jean Castex.

La première livraison de vaccins AstraZeneca « sera affectée aux établissements de santé, pour protéger les professionnels de santé, hospitaliers et de ville », a assuré le chef du gouvernement. Les soignants seront donc les premiers vaccinés avec AstraZeneca, qui recevront dès ce samedi leur première injection. Viendra ensuite le tour des personnes âgées de 50 à 65 ans ayant des comorbidités (diabète, obésité, hypertension aiguë, etc.), puis l’ensemble de la population des 50-65 ans.

Grâce à ses conditions de conservation beaucoup plus simples que les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna, le vaccin AstraZeneca participera au déploiement plus large de la vaccination anti-Covid-19. Ce vaccin, conservable au réfrigérateur, sera confié aux médecins généralistes, aux pharmaciens, aux infirmiers et aux sages-femmes, qui pourront l’administrer dès la fin du mois de février à leurs patients.

Une deuxième injection jusqu’à douze semaines plus tard

L’EMA a autorisé le vaccin d’AstraZeneca en Europe avec une fourchette de 4 à 12 semaines entre les deux doses, car ces durées ont été évaluées dans les essais cliniques. Or, les données disponibles montrent que « l’efficacité augmente de façon très significative à partir de neuf semaines » d’intervalle, a souligné mardi Daniel Floret, l’un des responsables de la Haute Autorité de santé (HAS) française. Une étude rendue publique mardi par AstraZeneca et son partenaire, l’université d’Oxford, montre que l’efficacité du vaccin est maximale (82 %) quand on attend 12 semaines entre les deux doses.

La transmission du coronavirus est même réduite de 67 % dès la première dose du vaccin d’AstraZeneca et de l’université d’Oxford, affirme une analyse des essais cliniques en cours de revue.

Grâce notamment à ce troisième vaccin disponible, le gouvernement compte atteindre d’ici la fin du mois de février l’objectif de quatre millions de personnes ayant reçu leur première injection de vaccin. Ainsi, 1,7 million de rendez-vous supplémentaires vont être ouverts, dont 500.000 dès ce vendredi et le reste « dès le milieu de la semaine prochaine », a assuré Jean Castex. Ils seront suivis encore « d’au moins 500.000 rendez-vous supplémentaires sur le mois de mars que nous ouvrirons progressivement d’ici là », a précisé le chef du gouvernement.