Coronavirus : Les ventes de médicaments sans ordonnance en baisse en 2020

PHARMACIES Avec le masque, les gestes barrières et les limitations de déplacements, les maladies saisonnières, comme la grippe ou la gastro, se sont moins répandues

20 Minutes avec AFP

— 

Des vitamines dans une pharmacie de Paris, le 27 novembre 2017.
Des vitamines dans une pharmacie de Paris, le 27 novembre 2017. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Les confinements et gestes barrières ayant entraîné une baisse des pathologies saisonnières, les ventes de médicaments sans ordonnance ont poursuivi leur recul en 2020 en France, selon les fabricants. A l’inverse, le recours aux dispositifs médicaux et compléments alimentaires s’est accru.

Après une baisse de 4 % un an en 2019, le chiffre d’affaires des médicaments vendus hors prescription médicale en pharmacie a reculé de 9,4 % l’an dernier, selon le baromètre annuel de l’association française des fabricants du secteur (Afipa) diffusé jeudi.

Succès pour le thermomètre sans contact

En se protégeant du Covid-19 (port du masque, respect des gestes barrière et limitation des déplacements), les Français se sont aussi protégés des pathologies saisonnières (gastro-entérite, grippe, rhume…) et ont eu moins recours aux médicaments sans ordonnance, précise l’Afipa.

A l’inverse des médicaments, le marché des dispositifs médicaux sans ordonnance (qui regroupe aussi bien des seringues que des bas de contention ou des produits de cosmétologie) a, lui, grimpé de plus de 10 %, à 0,7 milliard d’euros. Dans le détail, les produits d’auto-diagnostic ont vu leur demande exploser (+86 %), avec notamment le succès du thermomètre sans contact.

Vers la création « made in France » ?

Les compléments alimentaires enregistrent, eux, une petite croissance de 1,4 % sur un an pour atteindre un milliard d’euros, avec en particulier un bond des compléments visant à améliorer les défenses immunitaires (+24 %).

Dans ce contexte de pandémie, qui a remis sur le devant de la scène les questions de souveraineté sanitaire, l’Afipa plaide pour une politique gouvernementale « préservant et soutenant la production de médicaments sans ordonnance, en France et en Europe », alors que plus de 55 % de médicaments sans ordonnance vendus en pharmacie sont produits en France. L’association demande notamment un cadre fiscal incitatif, et la valorisation de la production sur le territoire avec la création d’un label « made in France ».