Coronavirus : Les pharmaciens vont pouvoir administrer le vaccin AstraZeneca

VACCINATION C’est une mesure que les pharmaciens réclamaient depuis plusieurs semaines

M.A.

— 

Une pharmacie à Paris (image d'illustration).
Une pharmacie à Paris (image d'illustration). — ISA HARSIN/SIPA

C’est une nouvelle qu’attendaient avec impatience les gérants d’officines. Les pharmaciens vont pouvoir administrer le vaccin contre le coronavirus d’AstraZeneca, quand celui-ci sera disponible en France, a annoncé Gabriel Attal, ce lundi soir dans C à vous sur France 5, expliquant qu’il se conservait plus facilement que ceux de Pfizer et Moderna.

« Ils vont pouvoir vacciner, évidemment, parce qu’on a besoin d’eux, parce qu’on a un maillage d’officines sur notre territoire qui est extrêmement dense », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

L’avis de la Haute Autorité de santé (HAS) attendu

« S’ils ne pouvaient pas le faire jusqu’à maintenant, c’est parce qu’on a des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna qui ont des nécessités de conservation […] qui objectivement rendent très difficile pour un pharmacien de le faire dans son officine, ce qui n’est pas le cas pour AstraZeneca », a justifié Gabriel Attal.

Le vaccin AstraZeneca a obtenu l’autorisation de l’Agence européenne du médicament (EMA), vendredi. Reste à attendre l’avis de la Haute Autorité de santé (HAS), attendu ce mardi.

« Ça pourrait également être jouable avec les vaccins Pfizer et Moderna »

Une décision que les pharmaciens attendent de pied ferme. Jeudi dernier, le conseil de l'Ordre avait demandé à vacciner « le plus rapidement possible, même s’il n’y a pas beaucoup de doses » disponibles pour « infuser » « au plus profond du territoire ».

« La seule façon d’y arriver (est) de passer par le réseau de ville et le trépied médecin, infirmier, pharmacien », et ce « dès que les vaccins AstraZeneca seront disponibles, même en très faible quantité », avait déclaré la présidente de l’Ordre des pharmaciens, Carine Wolf-Thal, considérant que « ça pourrait également être jouable avec les vaccins Pfizer et Moderna ». Ces deux derniers « se conservent cinq jours dans un frigo normal », avait-elle expliqué. En décomptant « les temps de transport et d’arrivée à l’officine, il reste encore 2/3 jours où ces vaccins pourraient être utilisés en ville par l’ensemble des professionnels de santé ».