Vaccination : L’Union européenne va beaucoup plus se tourner vers les concurrents d’AstraZeneca

BRAS DE FER Du fait des retards des livraisons du vaccin contre le Covid-19, la Commission européenne a menacé le laboratoire de demander le remboursement des sommes déjà versées

20 Minutes avec AFP

— 

Le vaccin contre le Covid-19 du laboratoire AstraZeneca, posé sur un drapeau européen.
Le vaccin contre le Covid-19 du laboratoire AstraZeneca, posé sur un drapeau européen. — Action Press//SIPA

Le conflit continue entre Bruxelles et AstraZeneca. A la suite des importants retards des livraisons de l’entreprise anglo-suédoise, la Commission européenne a indiqué lundi prendre ses distances avec le laboratoire dans le cadre de sa stratégie vaccinale contre le Covid-19.

AstraZeneca, dont le produit « allait être le vaccin de masse pour le premier trimestre » 2021, n’a pu garantir que 25 % des plus de 100 millions de doses promises, ce qui représente « un vrai problème » pour les Vingt-Sept, a déclaré la directrice générale de la Santé au sein de la Commission, Sandra Gallina, devant des députés européens. La Commission européenne se tourne donc désormais vers les vaccins fabriqués par les laboratoires BioNTech/Pfizer et Johnson & Johnson, a-t-elle souligné.

Le laboratoire allemand BioNTech a promis lundi de livrer à l’UE jusqu’à 75 millions de doses supplémentaires au deuxième trimestre du vaccin développé avec l’américain Pfizer. « Il y aura beaucoup plus de doses au deuxième trimestre car un nouveau contrat entrera en vigueur. Nous ne disposerons pas seulement de BioNTech et de Moderna mais nous aurons BioNTech avec un nouveau contrat, c’est le double des quantités », a rappelé Sandra Gallina.

AstraZeneca promet de « faire de son mieux »

Pour répondre aux nombreuses critiques sur le retard des livraisons, le PDG d’AstraZeneca, Pascal Soriot, a assuré que l’entreprise avait seulement promis de « faire de son mieux » pour honorer son contrat. « Les calendriers sont contraignants quand il s’agit du bon de commande du vaccin (…) Je ne vois donc pas où sont vos efforts là-dedans », a rétorqué Sandra Gallina. Elle a également souligné que, dans le cadre des contrats passés entre l’UE et les fabricants de vaccins, « nous pouvons soit recevoir les produits soit [nous faire rembourser] les montants que nous avons payés ».

La Commission européenne a alloué 336 millions d’euros à AstraZeneca pour développer son vaccin et accroître ses capacités de production, même si l’intégralité de la somme n’a pas été versée. « Je n’ai pas le vaccin, vous n’avez pas le paiement de la Commission, » a résumé Sandra Gallina.