Coronavirus en Occitanie : Une application pour détecter les éventuels effets indésirables du vaccin

EPIDEMIE Domicovid, créée par Move in Med pour la clinique du Parc, permet d’assurer un suivi des personnes vaccinées

Nicolas Bonzom

— 

L'application Domicovid a été créée par Move in Med pour la clinique du Parc
L'application Domicovid a été créée par Move in Med pour la clinique du Parc — N. Bonzom / Maxele Presse
  • L’application Domicovid, créée par Move in Med pour une clinique de l’Hérault, permet d’assurer un suivi des personnes qui ont été vaccinées contre le Covid-19.
  • La personne répond à des questions, et en cas de détection d’un symptôme, elle sera incitée à prendre contact avec la clinique, sur une ligne téléphonique dédiée.
  • Lancée à Castelnau-le-Lez, cette application sera bientôt mise en place dans les cliniques du groupe Clinipole à Saint-Clément-de-Rivière et à Albi.

A la clinique du Parc, à Castelnau-le-Lez (Hérault), lorsqu’une personne vient se faire vacciner contre le Covid-19, on lui propose d’être suivie avec l’application Domicovid, créée par l’entreprise héraultaise Move in Med.

Accessible gratuitement depuis un smartphone, elle permet d’assurer un suivi à distance des patients, par les équipes médicales : la personne vaccinée répond quotidiennement à quelques questions sur son état de santé. Si, en fonction des réponses apportées, l’application décèle l’apparition d’effets indésirables, elle incitera son utilisateur à contacter la clinique du Parc sur une ligne ouverte 24 heures sur 24, afin de connaître la conduite à tenir. Ce suivi est proposé pendant trois jours après l’injection.

Rassurer les personnes vaccinées

« Notre volonté est de mettre en place un dispositif qui incite les personnes à se faire vacciner, et qui les rassure quant aux éventuels effets qui pourraient survenir au terme de la vaccination, confie Jérôme Saint-Léger, directeur adjoint de la clinique du Parc, la structure privée qui a pris en charge le plus de malades du Covid-19 en Occitanie. Tout ce qui contribue à faire de la campagne de vaccination un succès est bon à prendre. »

Ce dispositif n’est toutefois pas obligatoire. Pour les réfractaires, ceux qui ne disposent pas d’outils numériques, ou qui ne seraient pas vraiment familiarisés à leur utilisation, il reste possible de passer un coup de fil à la clinique en cas d’évolution de son état.

Bientôt dans d’autres cliniques d’Occitanie

Lancée à la clinique de Castelnau-le-Lez, l’application sera aussi bientôt proposée dans les établissements du groupe Clinipole qui disposent d’un centre de vaccination, le Pic Saint-Loup, à Saint-Clément-de-Rivière (Hérault), ou Toulouse-Lautrec, à Albi (Tarn). « Depuis son lancement, 100 % des patients qui utilisent l’application ont répondu à 100 % des questions sur les trois jours de suivi », confie Sylvie Boichot, la fondatrice de Move in Med, une entreprise spécialisée dans la coordination du parcours de soins.

Par ailleurs, une autre version de Domicovid est à la disposition des patients et des membres du personnel de la clinique, testés positifs au Covid-19. Elle permet, comme après la vaccination, un suivi pendant dix jours de leur état, une fois confinés chez eux. Si l’application détecte une aggravation des symptômes dans les réponses apportées par le patient, une alerte est générée, et il est reçu aux urgences. Elle permet, à l’inverse, d’éviter les hospitalisations lorsqu’il n’y a pas de signes graves, tout en assurant la surveillance et une prise en charge rapide des malades, si leur état se détériorait.