Coronavirus : Sanofi va aider à conditionner les vaccins de Pfizer et BioNTech

COOPERATION Le laboratoire français va mettre en flacon cette année plus de 100 millions de doses de ses concurrents

20 Minutes avec AFP

— 

Un vaccin contre le Covid-19 posé sur le logo de Sanofi.
Un vaccin contre le Covid-19 posé sur le logo de Sanofi. — ALLILI MOURAD

C’est une petite compensation pour Sanofi. Faute de pouvoir pour l’instant proposer son propre vaccin contre le Covid-19, le laboratoire français va mettre en flacon celui de ses concurrents Pfizer et BioNTech et conditionner plus de 100 millions de doses cette année.

L’annonce de ce coup de pouce a été faite mardi par le directeur général de Sanofi, Paul Hudson, après que le gouvernement français lui a demandé à plusieurs reprises, récemment, de mettre ses chaînes de fabrication à la disposition de ses concurrents.

Dans un entretien publié sur le site Internet du Figaro, Paul Hudson explique que Sanofi va utiliser son usine allemande de Francfort pour conditionner le vaccin, qui lui sera fourni par ses concurrents à partir de juillet. « Ce site de production étant situé à proximité du siège de BioNTech [à Mayence], cela permettra de faciliter les choses », fait valoir le patron du groupe français. La production sera destinée à l’Union européenne, et donc en partie à la France, a-t-il ajouté. Cet accord survient au moment où plusieurs laboratoires rencontrent des difficultés pour tenir les cadences élevées nécessaires afin de respecter les contrats qu’ils ont signés.

Le calendrier selon Paul Hudson

Concernant ses propres projets de vaccins, Paul Hudson assure que celui à protéines recombinantes, une technologie que Sanofi utilise pour son vaccin contre la grippe, « avance bien », malgré quelques mois de retard et devrait arriver sur le marché au dernier trimestre de 2021. Selon lui, une telle fenêtre de lancement a du sens car il restera encore des gens à vacciner dans le monde à ce moment-là.

D’autre part, alors que plusieurs variants du virus responsable du Covid-19 ont été identifiés et que des questions demeurent concernant l’efficacité des vaccins déjà commercialisés face à ces derniers, il considère que cette technologie « pourrait être plus efficace contre ces mutations » que l’ARN messager. Le laboratoire français développe tout de même un vaccin fondé sur cette dernière technologie, utilisée notamment par Pfizer et BioNTech, en partenariat avec une biotech américaine. « Nous pensons pouvoir entrer en phase clinique avec un vaccin ARN contre le Covid dès le premier trimestre de cette année », espère Paul Hudson.