Coronavirus : Face aux doutes allemands, AstraZeneca défend l’efficacité de son vaccin

POLEMIQUES Selon deux quotidiens allemands, le gouvernement d’Angela Merkel tablerait sur une très faible efficacité du produit du laboratoire britannique pour les plus de 65 ans

20 Minutes avec AFP

— 

Coronavirus: En quoi le vaccin d'AstraZeneca est-il différent des autres? — 20 Minutes

Au regard des craintes que peuvent inspirer les vaccins contre le Covid-19, c’est à une opération déminage que s’est livré AstraZeneca. Le laboratoire pharmaceutique britannique a défendu lundi soir l’efficacité de son vaccin pour les personnes âgées de plus de 65 ans, démentant les affirmations de deux médias allemands selon lesquels Berlin remet en cause la performance du produit pour cette classe d’âge.

« Les articles selon lesquels l’efficacité du vaccin AstraZeneca/Oxford ne serait que de 8 % chez les adultes de plus de 65 ans sont complètement faux », a indiqué un porte-parole d’AstraZeneca.

Le journal Bild Zeitung et le quotidien économique Handelsblatt ont affirmé lundi soir que le gouvernement allemand doutait de l’efficacité de ce vaccin sur les personnes âgées de plus de 65 ans. Selon Handelsblatt, qui se réclame de sources gouvernementales, Berlin table sur une efficacité de 8 % pour cette classe d’âge. Bild Zeitung, également sous couvert de sources gouvernementales, écrit que la coalition d’Angela Merkel s’attend à ce que le vaccin, qui devrait recevoir vendredi le feu vert réglementaire de l’UE, ne soit pas homologué pour les plus de 65 ans.

Mécontentement de l’Union européenne

Le laboratoire britannique, dont le vaccin est déjà autorisé et largement déployé au Royaume-Uni, explique encore dans son communiqué avoir publié en novembre des données scientifiques, dans la revue The Lancet, « démontrant que les personnes âgées ont montré de fortes réponses immunitaires au vaccin, 100 % d’entre elles ayant généré des anticorps spécifiques après la deuxième dose ».

Toujours sur son vaccin, AstraZeneca est en outre au cœur d’une autre polémique. Le laboratoire a fait l’objet lundi d’un rappel à l’ordre de la Commission européenne après avoir annoncé la semaine dernière que les livraisons de son vaccin seraient moins importantes que prévu au premier trimestre.