Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Des transferts de patients pour éviter la saturation en réanimation

HOPITAUX Jeudi soir, 96,6 % des lits étaient occupés dans les établissements hospitaliers

Fabien Binacchi

— 

Un transfert de patient Covid-19 (Illustration)
Un transfert de patient Covid-19 (Illustration) — Philippe Desmazes/AP/SIPA
  • Sur les dernières 24 heures, cinq nouvelles admissions ont été enregistrées et, actuellement, 84 personnes sont hospitalisées en soins intensifs dans les Alpes-Maritimes.
  • Avec 96,6 % des lits occupés, le département a commencé à transférer des patients vers d’autres hôpitaux pour éviter la saturation.

Ils ont été transportés par hélicoptère jusqu’à Marseille. Jeudi et vendredi, deux malades du Covid-19 traités en réanimation dans les hôpitaux  d’Antibes et Grasse ont dû être déplacés alors que les établissements des Alpes-Maritimes sont proches de la saturation. « D’autres transferts sont prévus », a confirmé ce vendredi à 20 Minutes l’Agence régionale de santé (ARS) Paca, sans plus de précisions à ce stade, ni sur leur nombre, ni sur le calendrier.

Selon le dernier bilan de l’ARS, publié jeudi soir, 96,6 % des lits sont occupés dans le département et rien que sur les dernières 24 heures, cinq nouvelles admissions ont été enregistrées. Actuellement, 84 personnes sont hospitalisées en soins intensifs. C’est onze de plus qu’il y a une semaine. Et c’est surtout très proche du maximum atteint le 8 avril 2020 : 87 malades étaient alors traités en simultané.

« Une forte pression, jamais connue jusqu’à présent »

Romain Alexandre, le délégué départemental de l’ARS avait évoqué, dès mercredi, « une pression assez forte sur les lits de réanimation ». Il avait également parlé de la possibilité d’organiser des transferts de patients vers les Bouches-du-Rhône pour « alléger la charge de travail et éviter les déprogrammations d’autres opérations ».

Le nombre d’hospitalisations conventionnelles, passé de 278 à 316 en sept jours, inquiète aussi le responsable. « Les hôpitaux subissent une forte pression, jamais connue jusqu’à présent », selon lui. Le département azuréen est toujours celui dont le taux d’incidence (nombre de cas confirmés pour 100.000 habitants) est le plus fort en France. Il s’établit à 431 sur la semaine dernière, alors qu’il n’est que de 190 à l’échelle du pays.

La barre des 1.000 morts liées au Covid-19 vient d’être dépassée dans les Alpes-Maritimes. Jeudi soir, l’ARS en dénombrait 744 à l’hôpital et 270 dans des Ehpad.