Coronavirus : Début de la vaccination en Nouvelle-Calédonie, territoire où le virus ne circule pas

PREVENTION Seuls 44 cas de Covid-19 y ont été jusqu’à présent recensés, dont aucun local et aucun mortel

20 Minutes avec AFP

— 

Vaccination contre le Covid-19 (illustration).
Vaccination contre le Covid-19 (illustration). — Bony/SIPA

C’est un cas rare : la Nouvelle-Calédonie est en effet quasiment indemne de Covid-19. Seuls 44 cas y ont été jusqu’à présent recensés, dont aucun local et aucun mortel. La campagne de vaccination y a tout de même commencé mercredi. La priorité a été donnée aux personnels en contact avec les voyageurs arrivant dans l’archipel.

« Cette stratégie est adaptée au contexte épidémiologique, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de circulation du virus au sein de la population calédonienne », a expliqué Michel Belec, médecin inspecteur à la direction des Affaires sanitaires et sociales (DASS). La Nouvelle-Calédonie dispose actuellement de 17.550 doses de vaccin Pfizer/Biotech, livrées le 8 janvier par avion par l’Etat.

Alors que la desserte aérienne est drastiquement limitée depuis mars dernier, toute personne arrivant en Nouvelle-Calédonie est systématiquement placée en quatorzaine dans des hôtels réquisitionnés. Aussi dans un premier temps, les personnels des compagnies aériennes, de l’aéroport, du port autonome ou ceux de l’industrie minière en contact avec les minéraliers étrangers seront vaccinés. Cette population a été évaluée à 2.500 personnes.

L’immunité collective comme objectif

« Les voyageurs pour motifs impérieux ou obligés de faire des allers-retours entre la Nouvelle-Calédonie et l’extérieur » pourront également être vaccinés après avoir rempli un formulaire. Ensuite, les résidents et les personnels des maisons de retraite (3.000 personnes), les personnels soignants, les personnes à risque, les plus de 50 ans et les employés des secteurs essentiels seront vaccinés, puis le reste de la population.

« D’ici quelques mois, l’objectif est d’avoir une immunité collective pour envisager peut-être une réouverture de nos frontières, mais ça suppose une vaccination de 60 à 65 % de la population », soit 270.000 habitants, a déclaré Thierry Santa, président du gouvernement. « Pour montrer l’exemple », les 11 membres de l’exécutif et plusieurs dirigeants d’institutions ont été les premiers à se faire piquer mercredi.