Vaccination : Olivier Véran auditionné ce mardi au Sénat et à l'Assemblée sur la stratégie du gouvernement

PANDEMIE Après un démarrage lent, la France aurait vacciné au moins 100.000 personnes contre le Covid-19

L.Br. avec AFP

— 

Olivier Véran, le 9 janvier 2020 à Tarbes.
Olivier Véran, le 9 janvier 2020 à Tarbes. — J.M. HAEDRICH/SIPA

Olivier Véran est attendu par les parlementaires ce mardi. Le ministre de la Santé doit être auditionné à partir de midi par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale sur la stratégie vaccinale du gouvernement. A 17 h, il sera entendu par la commission des affaires sociales du  Sénat.

« Je demande que le ministre de la Santé Olivier Véran soit entendu par la commission le plus rapidement possible afin d’exposer les mesures correctives envisagées », avait affirmé dans un communiqué la sénatrice LR Catherine Deroche.

« Gagner » la bataille des vaccins

Soulignant que le développement rapide de vaccins a constitué « un formidable espoir », l’élue a regretté que « le pays semble engagé dans une inexplicable course de lenteur, avec un nombre de personnes vaccinées chaque jour qui se compte en dizaines et une comparaison très défavorable avec nos voisins européens ». « Après avoir perdu la bataille des masques, il faut impérativement gagner celle des vaccins », a-t-elle ajouté.

Le Sénat doit par ailleurs mettre en place le 13 janvier une mission commune d’information destinée à prendre la suite de la commission d’enquête sur la gestion de la crise sanitaire, a-t-on appris de source parlementaire.

Le président des députés LR Damien Abad et le député LR Eric Ciotti avaient également demandé à entendre Olivier Véran à l’Assemblée nationale, dans un courrier adressé au président de la mission d’information sur la gestion de l’épidémie de Covid-19, le député LREM Julien Borowczyk.

La vaccination ouverte aux plus de 75 ans

Sur le front du vaccin, après de vives critiques sur la lenteur du démarrage de la campagne, le pays devait dépasser ce week-end les 100.000 personnes pour l’antidote de l’alliance Pfizer/BioNTech, selon le ministre de la Santé Olivier Véran.

Plus de 50.000 doses du vaccin Moderna, qui vient d’être autorisé en Europe, seront en outre livrées lundi pour être acheminées dans le Grand-Est, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Paca afin d’être utilisées dans la semaine, a aussi annoncé dimanche le ministère de la Santé. La campagne vaccinale devrait s’accélérer cette semaine et la suivante dans les maisons de retraite (Ehpad), où sont concernées environ un million de personnes âgées et de soignants à risque.

Pour donner un coup d’accélérateur, le gouvernement, qui attend à ce stade 500.000 doses hebdomadaires du vaccin Pfizer, et à terme 500.000 doses du Moderna, a changé de stratégie et ouvert la vaccination à tous les professionnels de santé de plus de 50 ans ou fragiles, ainsi qu’aux plus de 75 ans ne résidant pas en Ehpad dès le 18 janvier.