Coronavirus : Faut-il rendre obligatoire le vaccin pour l’ensemble du personnel soignant ?

EPIDEMIE Parmi les professionnels de santé, plusieurs voix s’élèvent pour rendre obligatoire la vaccination de tous les soignants

Hakima Bounemoura
— 
Illustration d'une seringue pouvant servir à une vaccination.
Illustration d'une seringue pouvant servir à une vaccination. — RAPHAEL BLOCH
  • Depuis ce lundi, les soignants âgés de 50 ans et plus peuvent désormais se faire vacciner contre le Covid-19 en France.
  • Parmi les professionnels de santé, plusieurs voix s’élèvent aujourd’hui pour rendre obligatoire la vaccination de tout le personnel soignant en France.
  • « Les soignants, en se faisant vacciner, donnent l’exemple et créent un effet d’entraînement », explique le Dr François Bourdillon, médecin spécialiste de santé publique, qui a créé en 2016, l’agence Santé publique France.

« Amplifier, accélérer, simplifier. » Critiqué sur la lenteur du démarrage de la campagne de vaccination en France, le gouvernement cherche aujourd’hui à accélérer le rythme des vaccinations contre le Covid-19. « On a dépassé les 2.000 vaccinations hier, d’ici jeudi on va augmenter encore de façon très importante, on va être sur une courbe exponentielle », a promis ce mardi le ministre de la Santé Olivier Véran, indiquant avoir autorisé la vaccination « à tous les professionnels de santé de ville et d’hôpital, aux pompiers et aux aides à domicile de plus de 50 ans ».

Lors d’un déplacement ce mardi à Tours, le chef de l’État a également précisé que l’ensemble des soignants qui le souhaitent pourraient être vaccinés lors de la première phase, qui durera jusqu’à la fin du mois de mars. Mais aujourd’hui, parmi les professionnels de santé, plusieurs voix s’élèvent pour rendre obligatoire la vaccination de tous les soignants. Est-ce aujourd’hui techniquement possible ? 20 Minutes fait le point avec le Dr François Bourdillon, médecin spécialiste de santé publique, qui a créé en 2016 l’agence Santé publique France, l’agence nationale de Santé publique, dont il a été le directeur général jusqu’en 2019.

« Les soignants donnent l’exemple et créent un effet d’entraînement »

La plupart des pays vaccinent leurs professionnels de santé, et il y a même un consensus international aujourd’hui sur ce sujet. Pour le Dr François Bourdillon, les raisons sont multiples : « Il s’agit de protéger les soignants, de préserver l’outil soignant, d’éviter les transmissions nosocomiales et surtout le plus important, de créer de l’exemplarité. Les soignants, en se faisant vacciner, donnent l’exemple et créent un effet d’entraînement », précise le médecin spécialisé en santé publique. « Il y a deux catégories de personnes qui peuvent montrer la marche à suivre, ce sont les politiques – Joe Biden s’est publiquement fait vacciner aux États-Unis-, et le personnel soignant. C’est une symbolique très forte, si  les médecins, qui sont des scientifiques, se vaccinent, cela va rassurer une partie de la population encore très sceptique », ajoute-t-il.

Un point de vue également défendu par Daniel Guillerm, le président de la Fédération nationale des infirmiers (FNI) dans une tribune publiée en décembre dans le Journal du dimanche. « Les professionnels de santé, tout comme ceux de l’éducation, du social ou de la justice, ont un devoir d’exemplarité. Surtout dans les Ehpad où les pensionnaires se disent nombreux à ne pas vouloir se faire vacciner », explique le responsable syndical, qui avance également comme arguments pour rendre le vaccin obligatoire, « le risque de poursuites pénales auquel les soignants pourraient devoir faire face, mais aussi l’application du " principe de précaution " ».

Ouvrir un débat national sur le sujet

De nombreux professionnels – et politiques – souhaiteraient donc aujourd’hui imposer la vaccination à tous les médecins, mais aussi à tous ceux qui travaillent au sein d’établissements de santé. « Ça serait aussi bien les infirmiers, les aide-soignants, mais aussi tous les professionnels qui travaillent dans les établissements pour personnes âgées (Ehpad), jusqu’à l’agent de sécurité. Si on adopte cette logique-là, il faudrait aller jusqu’au bout », estime alors François Bourdillon. Un chantier qui risque d’être compliqué, quand on sait que seuls 19 % des soignants en Ehpad souhaitent se faire vacciner contre le Covid-19, selon un sondage interne réalisé en décembre par la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne solidaires (Fehap).

Cette question, de rendre obligatoire ou non la vaccination chez tous les soignants, est en tout cas « un sujet fondamental aujourd’hui qui mérite d’être posé sur la place publique », ajoute le médecin spécialisé en santé publique. « De nombreuses recommandations pour rendre obligatoire la vaccination contre la grippe ont déjà été faites par le passé. Quand on voit aujourd’hui la gravité de l’épidémie de Covid-19, on peut vraiment s’interroger sur le fait de rendre ce vaccin obligatoire aujourd’hui en collectivités de personnes âgées voir en établissements de santé », ajoute l’ex-directeur de Santé publique France, qui milite pour l’ouverture d’un débat en France, qui pourrait donner lieu à des propositions. « Il est important que ce débat ait lieu aujourd’hui parce qu’il ne s’agit pas uniquement d’une question de protection individuelle, il s’agit aussi et surtout d’une question de protection de la population. »

Pourrait-on « techniquement » faire vacciner tous les soignants ?

Certains professionnels de santé estiment au contraire qu’il serait impossible de rendre le vaccin obligatoire, pour des questions techniques. C’est le cas du professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, qui affirme ne pas être favorable à une obligation pour les soignants, notamment car « cela ne serait pas réalisable » concrètement. « Si on rend quelque chose obligatoire, il faut être en mesure d’en fournir le contenu. Or on ne peut pas aujourd’hui vacciner un million de professionnels de santé en France », a-t-il expliqué ce mardi sur le plateau de BFMTV.

« C’est probablement l’une des raisons qui a fait qu’on a occulté ce débat. Nous n’avons aujourd’hui pas suffisamment de vaccins pour le rendre obligatoire à l’ensemble des professionnels des établissements de santé. Il y a un vrai problème de logistique à ce niveau-là », reconnaît également le Dr François Bourdillon. « Ceci dit, on pourrait tout à fait imaginer le faire avec un ordre établi selon l’âge, et selon la vulnérabilité des pathologies et spécialités portés par les soignants », ajoute-t-il. Quoi qu’il en soit, rendre aujourd’hui obligatoire le vaccin à tous les membres du personnel de santé pourrait être interprété selon lui, « comme un mauvais signal envoyé à toute la population », qui rappelons-le, ne serait que 40 % à vouloir se faire vacciner.