Coronavirus à Nancy : Le couvre-feu à 18h est « une mesure tardive et peut-être insuffisante », dit le maire Mathieu Klein

A LA MAISON Alors que 15 départements voient leur couvre-feu avancé à 18h ce samedi, le maire socialiste de Nancy dénonce des demi-mesures

20 Minutes avec AFP

— 

Mathieu Klein, le maire PS de Nancy. (archives)
Mathieu Klein, le maire PS de Nancy. (archives) — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Le maire (PS) de Nancy, Mathieu Klein, a estimé samedi que l’avancée du couvre-feu à 18 heures dans quinze départements était une mesure « tardive et peut-être insuffisante » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 qui a repris à un « rythme effréné ». « Le couvre-feu est une mesure qui me semble relativement tardive et peut-être insuffisante mais espérons qu’il produise des effets », a déclaré Mathieu Klein sur France Info, quelques jours après avoir plaidé pour un reconfinement local, comme d’autres élus du Grand-Est, dont le président (LR) de la région Jean Rottner et le maire (LR) de Reims, Arnaud Robinet.

« La situation à Nancy et dans le Grand-Est, depuis le début du mois de décembre, se dégrade continuellement que ce soit au niveau de la circulation du virus, au niveau des lits à l’hôpital ou des cliniques privées, donc nous sommes face à une épidémie qui a repris un rythme effréné », a-t-il déclaré. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avait annoncé vendredi la liste des 15 départements, dont la Meurthe-et-Moselle, où le couvre-feu est avancé à 18 heures dès samedi, contre 20 heures dans le reste du pays, pour tenter de diminuer le nombre de contamination.

« Il y a une lassitude. Pour en sortir il faut des mesures claires et malheureusement nous sommes encore là sur un entre-deux », a commenté Mathieu Klein. En Meurthe-et-Moselle, le taux d’incidence hebdomadaire du Covid-19 au 29 décembre (derniers chiffres disponibles) s’élevait à 242,9 pour 100.000 habitants, contre 127,3 au niveau national. Ces chiffres étaient respectivement de 132,9 et 109,6 au 1er décembre.

Egalement président du conseil de surveillance du CHRU de Nancy, qui a commencé à vacciner son personnel et les soignants à domiciles dès jeudi, Mathieu Klein a réclamé une « accélération » de la campagne vaccinale en France, jugeant « incompréhensible » son rythme actuel. « Il est encore temps de rattraper ce sentiment d’un démarrage poussif », a-t-il estimé, réclamant au gouvernement de faire parvenir « rapidement » les doses aux « territoires les plus touchés ». « Le gouvernement a la responsabilité de les répartir sur le territoire, mais les territoires, eux, sont prêts », a-t-il assuré.