Coronavirus : Un premier cas du variant sud-africain détecté en France dans le Haut-Rhin

EPIDEMIE Le cas a été confirmé mercredi chez un homme de retour d’Afrique du Sud résidant dans le Haut-Rhin

20 Minutes avec AFP

— 

Un premier cas de contamination au variant du virus du Covid-19 identifié en Afrique du Sud a été détecté en France (Illustration)
Un premier cas de contamination au variant du virus du Covid-19 identifié en Afrique du Sud a été détecté en France (Illustration) — UGO AMEZ/SIPA

Un premier cas de contamination au variant du virus du Covid-19 identifié en Afrique du Sud a été détecté en France, a annoncé ce jeudi le ministère de la Santé, quelques jours après le premier cas confirmé du variant britannique.

Ce variant, qui comme celui du Royaume-Uni pourrait être plus transmissible, a été confirmé mercredi chez un homme de retour d’Afrique du Sud résidant dans le Haut-Rhin, à proximité de la frontière suisse.

La personne « s’est isolée à son domicile » dès l’apparition des symptômes

A son retour d’un séjour en Afrique du Sud, l’homme qui avait développé des symptômes évocateurs du Covid-19 a réalisé un test RT-PCR en Suisse. Le test s’étant révélé positif, un séquençage du virus a été réalisé, confirmant le variant baptisé « 501.V2 », identifié en Afrique du Sud en octobre et qui est responsable dans ce pays d’une grande majorité des nouveaux cas.

La personne aujourd’hui guérie, « s’est immédiatement isolée à son domicile dès l’apparition des symptômes » et « aucun contact à risque n’a été identifié », a assuré le ministère.

Les autorités sanitaires « mobilisées » pour identifier chaque patient contaminé

Pour les deux variants – britannique et sud-africain – qui pourraient être plus transmissibles mais pas intrinsèquement plus dangereux, les autorités sanitaires « sont mobilisées pour identifier le plus précocement possible chaque patient contaminé pour les isoler, isoler leurs personnes contacts et les tester, et éviter ainsi la propagation des variants du SARS-CoV-2 sur le territoire national », a assuré le ministère.

Pour chaque personne revenant du Royaume-Uni ou d’Afrique du Sud qui serait testée positive au Covid-19, les prélèvements doivent être séquencés pour confirmer la présence ou non d’un variant du virus.