Coronavirus : Cas contacts de Macron, Richard Ferrand et des parlementaires s’isolent

EVITER LA CONTAGION Après un déjeuner avec Emmanuel Macron qui vient d’être testé positif au coronavirus, le président de l’Assemblée nationale et plusieurs responsables parlementaires vont s’isoler sept jours, selon le protocole applicable aux cas contacts

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. .
Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. . — Jacques Witt/SIPA

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM), « cas contact » d’Emmanuel Macron testé positif au Covid-19, s’est isolé, comme par précaution d’autres responsables parlementaires qui ont déjeuné mardi avec le chef de l’Etat. Richard Ferrand « s’isole dès maintenant pour une période de sept jours » et « effectuera ensuite un test RT-PCR », selon un communiqué de la présidence de l’Assemblée publié jeudi. Il « continue à exercer ses fonctions », alors que les séances sont suspendues depuis la mi-journée de jeudi pour trois semaines comme prévu.

Le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau (MoDem), qui a vu à plusieurs reprises le chef de l’Etat cette semaine, notamment lundi avec la Convention citoyenne pour le climat, s’est également placé à l’isolement, a annoncé son entourage. Même régime pour certains présidents de groupes politiques comme Valérie Rabault (PS) ou Olivier Becht (Agir ensemble) qui, comme le président de l’Assemblée nationale et Marc Fesneau, ont déjeuné mardi à l’Elysée. Tous ont annulé leurs rendez-vous ou se sont isolés, ont indiqué des sources parlementaires.

Trop loin pour être considérés comme cas contacts

Mais l’Elysée a dit aux présidents de groupe qu’ils n’étaient pas considérés comme « cas contacts », n’ayant pas été proches à table du chef de l’Etat. Selon une source parlementaire, Christophe Castaner (LREM) ne s’est pas isolé.

Idem pour Jean-Luc Mélenchon, qui était « à la place du pauvre », a-t-il déclaré devant la presse. Il s’était fait tester mercredi pour d’autres raisons et le résultat est négatif. « Je vais éviter de retourner dans les palais nationaux, c’est dangereux », s’est exclamé le leader de LFI, qui souhaite « le meilleur pour sa santé » à Emmanuel Macron.

Le chef de file du groupe LR, Damien Abad, va se faire tester vendredi et s’isole d’ici là en poursuivant ses activités en télétravail, selon un message sur Twitter.

« Principe de précaution »

Olivier Becht a souligné qu’il appliquait « le principe de précaution », alors que « la pièce n’était pas aérée ». Il s’isole « en circonscription » et c’est la « 6e fois » qu’il est cas contact.

Le patron des députés communistes, André Chassaigne, qui a déjà été atteint par le coronavirus lors de la première vague, s’est également isolé, selon le PCF.

Valérie Rabault s’est fait tester jeudi et a annulé ses rendez-vous en circonscription avant Noël, d’après un communiqué.

Jean-Christophe Lagarde, président du groupe UDI, était « loin » d’Emmanuel Macron « sauf pendant une minute » mais avec chacun un masque, a-t-il expliqué. Et de glisser : « Mon appli anti-Covid ne me signale pas de contact risqué, à supposer qu’il l’ait téléchargée et activée ».