Coronavirus : Une troisième vague dans l’arrière-plan de l’évolution des courbes, selon une fédération hospitalière

EPIDEMIE L’évolution des indicateurs « pose un certain nombre de questions quant à la situation dans les prochaines semaines, à la situation lors des fêtes de fin d’année »

20 Minutes avec AFP

— 

Dans un hôpital français.
Dans un hôpital français. — Frederic DIDES

Face à « une alerte forte sur les risques de troisième vague », la Fédération hospitalière de France (FHF) appelle, ce mardi, « à une extrême vigilance » concernant « les mesures d’assouplissement qui pourraient être mises en œuvre » et le dispositif de dépistage et d’isolement des patients atteints du Covid-19.

« Il y a vraiment une alerte forte sur les risques d’une troisième vague, qui n’est pas que virtuelle, qui n’est pas qu’une perspective lointaine mais qui est bien dans l’arrière-plan de l’évolution des courbes », a expliqué le président de la FHF, Frédéric Valletoux, lors d’une conférence de presse.

La baisse moins rapide que prévu

Après un pic à plus de 50.000, voire 60.000 contaminations certains jours fin octobre en France, le rythme a ralenti jusqu’à atteindre 10.000 à 11.000 cas quotidiens fin novembre, mais depuis lors, le nombre de nouveaux cas a marqué un palier à environ 10.000 cas par jour, selon l’agence Santé publique France.

L’évolution des indicateurs « pose un certain nombre de questions quant à la situation dans les prochaines semaines, à la situation lors des fêtes de fin d’année et cela nous pousse à appeler à une extrême vigilance sur, à la fois les mesures d’assouplissement qui pourraient être mises en œuvre et aussi sur tout le dispositif de dépistage et de suivi de ceux qui pourraient être touchés par le virus », a insisté Frédéric Valletoux, rappelant « que le niveau d’hospitalisation diminue très peu, en tous les cas très loin du rythme que l’on avait connu après le premier confinement ».

Un « isolement ferme, volontariste, efficace » avant Noël

Prônant une « campagne de dépistage massive dans les jours qui précèdent les fêtes de Noël », la FHF réclame également « une stratégie d’isolement ferme, volontariste, efficace ».

« Là encore, on est en attente de précision », a ajouté Frédéric Valletoux. « On sait qu’avec le virus réagir avec quelques jours de retard, c’est souvent réagir trop tard », a-t-il ajouté. Le Premier ministre, Jean Castex, doit prendre la parole jeudi sur l’évolution ou non des mesures sanitaires, au lendemain d’un conseil de défense consacré à la crise du Covid-19.