Coronavirus à Lyon : La décrue se confirme dans les hôpitaux, la vigilance reste de mise

EPIDEMIE Au CHU de Lyon, les indicateurs de suivi du coronavirus à l’hôpital ont continué leur baisse au cours de la semaine écoulée. Un bon point, même si comme ailleurs, la baisse du taux d’incidence de la maladie s’est ralentie

Elisa Frisullo

— 

Un transfert de patients réalisé par le Samu de Lyon à l'aéroport de Lyon le 16 novembre.
Un transfert de patients réalisé par le Samu de Lyon à l'aéroport de Lyon le 16 novembre. — Bony/SIPA

Moins de malades du Covid-19 mais des services de réa toujours bondés. A Lyon, la décrue épidémique observée depuis quelques semaines se confirme selon le bilan hebdomadaire communiqué ce mardi par la direction des Hospices civils de Lyon (HCL). Les hospitalisations, comme les admissions en réanimation, ont diminué au cours de la semaine écoulée, avec presque une centaine de personnes Covid + en moins accueillie à l’hôpital et une trentaine de moins en soins intensifs.

Le virus circule toujours

Mais dans ces services, la tension reste importante, avec un taux d’occupation actuel de 92 % des lits contre 88 % le 1er décembre. Cette situation est due au nombre de places, diminué chaque semaine par la direction des HCL à mesure que les patients Covid baisse. Ainsi, les services de réa bénéficient aujourd’hui de 227 lits, contre 259 il y a une semaine et 277 au plus fort de la deuxième vague.

Le reflux de l’épidémie se confirme également aux urgences et au Samu où les passages et les appels liés au coronavirus ont continué de diminuer ces derniers jours. Mais à Lyon, comme ailleurs en France, la vigilance reste de mise à quelques jours des annonces attendues du gouvernement sur un possible déconfinement. Car la baisse du taux d’incidence de la maladie, reflétant le niveau de circulation du virus dans la population, s’est nettement ralentie.

Ainsi, le taux d’incidence est passé de 148,7 cas pour 100.000 habitants sur la semaine glissante du 25 novembre au 1er décembre à 144,6 pour 100.000 habitants entre le 28 novembre et le 4 décembre. Pour rappel, à la fin octobre, lors du début du second confinement, ce taux avait explosé et était de 920 pour 100.000 habitants dans le Rhône.