Coronavirus : Pourquoi la crise a-t-elle fortement dégradé notre sommeil ?

TROUBLES L’application Kanopée, lancée par le chef du service de médecine du sommeil au CHU de Bordeaux, vise à faire un point sur son hygiène du sommeil et plus globalement sur son état de santé mental durant la crise

Mickaël Bosredon

— 

Une jeune femme en plein sommeil (illustration).
Une jeune femme en plein sommeil (illustration). — S.Pouzet/Sipa
  • Les plaintes d’insomnie chez les Français ont triplé avec la crise du Covid-19.
  • Le climat général et la perte des rythmes sociaux sont en partie responsables, souligne le Pr Pierre Philip.
  • Le chef du service de médecine du sommeil au CHU de Bordeaux a lancé une application, Kanopée, qui permet de suivre son hygiène du sommeil, mais aussi sa consommation d’alcool et de tabac et son état de santé mental.

« On ne soigne pas une malade du XXIè siècle avec des outils du XXè siècle. » Chef du service universitaire de médecine du sommeil au CHU de Bordeaux, le Pr Pierre Philip vient de mettre au point la deuxième version de l’application Kanopée, lancée mi-avril durant le premier confinement.

L'application Kanopée permet d'évaluer le niveau de ses troubles du sommeil
L'application Kanopée permet d'évaluer le niveau de ses troubles du sommeil - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Cette application gratuite, déjà téléchargée plus de 4.500 fois, vise à faire un point sur son hygiène du sommeil et plus globalement sur son état de santé mental, dans une période où avec la crise du Covid-19, les problèmes d’insomnie, d’angoisse et de dépression connaissent une véritable flambée. Si la première version était centrée autour de la consommation d’alcool et de tabac, et les plaintes liées au sommeil, « la compréhension de l’épidémie nous a permis de découvrir qu’il y a aussi des facteurs liés à la fatigue et à la dépression qui sont extrêmement importants. »

« Un véritable outil de santé publique »

Comment ça marche ? Kanopée propose une discussion avec un agent virtuel, et si votre sommeil semble problématique, vous remplissez alors un « agenda du sommeil », pour déterminer les heures auxquelles vous vous êtes couché, levé, si vous vous êtes réveillé durant la nuit… Kanopée dresse ainsi votre efficacité de sommeil, à savoir la différence entre le temps de sommeil et le temps passé au lit.

« Cette appli donne la possibilité de s’approprier sa santé, ce que font beaucoup les nord-américains qui sont déjà habitués à s’auto-surveiller, insiste le Pr Pierre Philip. Et en ce moment avec le stress psycho-social, c’est important de pouvoir offrir ce genre d’outil d’évaluation. C’est un véritable outil de santé publique. »

« La société s’est déstructurée au niveau fonctionnel, ce qui a un impact très important sur le sommeil »

Les études sur les conséquences de la crise sur la santé mentale et le sommeil des Français, sont édifiantes. L’observatoire de Santé Publique France montre ainsi qu’au moment du premier confinement « il y avait 20 % de dépressifs, 20 % d’anxieux et un peu plus de 60 % de plaintes du sommeil », la norme étant 10 % de dépression, 15 à 20 % d’anxiété, et 20 % d’insomnie. « Quand on a déconfiné, l’anxiété et la dépression ont réduit de moitié, mais pas les troubles du sommeil qui ont même augmenté un peu. C’est particulièrement préoccupant car cela démontre que les choses ne se sont pas normalisées. Au deuxième confinement, l’anxiété et la dépression ont de nouveau doublé et les troubles du sommeil sont, eux, restés à 65 %. »

La crise du Covid-19 a ainsi « créé un stress général, et cela a allumé tout d’un coup des voyants que l’on ne peut plus ignorer », pour diverses raisons. « Il y a le climat général évidemment, analyse le Pr Pierre Philip, et le fait que nous ayons été confinés ce qui nous a fait perdre nos rythmes sociaux. Il y a beaucoup de gens en télétravail également. La société s’est déstructurée au niveau fonctionnel, ce qui a un impact très important sur le sommeil. » Ceci alors que, avant même le confinement, la moyenne de sommeil des Français était de 6h40, quand elle devrait être de 7h.

« Des personnes se disent très fatiguées, ont du mal à récupérer le week-end, n’ont plus le moral »

Le Pr Philip alerte sur la situation. « Trois fois plus de gens qui se plaignent du sommeil que de gens qui se plaignent d’anxiété et de dépression, ce sont des chiffres sidérants et très inquiétants, surtout quand on connaît le lien très fort entre l’insomnie et le risque de dépression. Les troubles du sommeil ont aussi des conséquences sur les risques cardiovasculaires, sur l’immunité, sur le risque infectieux, et cela produit bien évidemment une fatigue énorme, une somnolence, avec un risque accidentel associé. Il y a un vrai concept de santé liée au sommeil, car il impacte tous les organes : quand vous dormez, tous vos organes changent leur fonctionnement. La première chose à faire pour améliorer la situation, est de restaurer son hygiène de sommeil, par exemple avec un horaire de lever plus régulier et avec des temps de sommeil ajustés au temps passé au lit. »

Parallèlement aux études, le médecin assure qu’il voit arriver « toute une catégorie de personnes qui se disent très fatiguées, qui ont du mal à récupérer le week-end, qui n’ont plus le moral. » L’appli « est un allié précieux pour déterminer s’il s’agit d’un coup de blues passager ou si c’est quelque chose de plus préoccupant, poursuit le spécialiste, l’idée étant de mettre en place un programme d’accompagnement de dix-sept jours, et si cela n’est pas suffisant alors elle vous met en relation avec un service hospitalier. » Kanopée fonctionne en effet pour « les plaintes de sommeil légères à modérées ». Mais « l’intérêt est énorme pour les professionnels qui peuvent se dégager du temps pour se consacrer aux cas sévères. »

Le Pr Pierre Philip a parallèlement publié un livre Antifatigue, chez Albin Michel, qui détaille un programme de quatre semaines pour combattre les problèmes d’hygiène du sommeil, et dispense des conseils sur son compte Instagram pr.philip

La moitié des malades du Covid-19 développent une fatigue plus ou moins élevée

L’application Kanopée a aussi permis de déterminer que 50 % des malades du Covid-19 « ont développé une fatigue à des niveaux plus ou moins élevés dans le temps, jusqu’à plusieurs mois. » Parallèlement, « grâce à des données très récentes qui viennent d’être publiées sur le territoire nord-américain, on sait que les malades du Covid-19 ont deux fois plus de risques d’avoir une insomnie et de développer une dépression et des troubles anxieux, même s’ils n’ont eu qu’une forme bénigne de la maladie. »