Téléthon 2020 : Les dons chutent à 58,29 millions d’euros

SOLIDARITE Le compteur avait atteint 74,6 millions d’euros pendant la durée de l’opération en 2019

20 Minutes avec AFP

— 

Le plateau du Téléthon en 2019.
Le plateau du Téléthon en 2019. — SADAKA EDMOND

Le coronavirus aura aussi eu un impact important sur le Téléthon. Le compteur de l’édition 2020 a atteint dimanche 58.290.120 d’euros de promesses de dons, en net recul par rapport aux 74,6 millions levés pendant la durée de l’opération en 2019 et 87 millions au final. Les dons par Internet ou téléphone se poursuivront jusqu’au 11 décembre cette année.

Cette 34e édition a été marquée par l’annulation pour cause de confinement des animations qui symbolisent ce marathon caritatif. « Dans ce contexte sanitaire qui a conduit à l’annulation d’un très grand nombre d’animations dans les villes et les villages, les Français ont été au rendez-vous de ce Téléthon exceptionnel : celui des plus grandes victoires de son histoire », se sont tout de même félicités les organisateurs dans un communiqué. L’événement de collecte de dons pour la recherche sur les maladies rares, lancé vendredi soir, s’est réduit cette année à sa retransmission sur les chaînes de France Télévisions et à des défis sur Internet. Quelque 80 % des animations habituelles ont été annulées à cause des restrictions imposées par la lutte contre le Covid-19.

Le Généthon fête ses 30 ans

« D’habitude, il y a 12.000 communes qui participent au Téléthon, soit une sur trois, 250.000 bénévoles et 5 millions de Français. La très grande majorité de ces animations est empêchée aujourd’hui », avait souligné plus tôt cette semaine la présidente de l’organisation AFM-Téléthon, Laurence Tiennot-Herment. Or, « le terrain, c’est 40 % de la collecte », et notamment « l’addition de tout petits dons », avait-elle fait valoir.

Malgré ce contexte particulier, le Téléthon fêtait cette année un anniversaire important : les 30 ans de Généthon, le laboratoire de pointe que ce marathon caritatif a permis de financer. Inauguré le 8 décembre 1990, il a permis plusieurs avancées dans la thérapie génique, qui consiste à introduire du matériel génétique dans des cellules pour soigner une maladie.