Coronavirus : 396 malades sont décédés depuis hier, 12.400 nouveaux cas confirmés en 24 heures

EPIDEMIE Revivez avec nous les actualités de ce vendredi liées à l'épidémie de Covid-19

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Un transfert de patient au plus fort de la crise en mars 2020.
Un transfert de patient au plus fort de la crise en mars 2020. — AFP

L’ESSENTIEL

  • Ce vendredi marque la dernière journée avant l’assouplissement du second confinement : dès samedi, les règles changent, avec notamment l’ouverture des commerces.
  • Le nombre de contamination en France continue de s’effondrer : jeudi, la moyenne sur sept jours s’établissait à 12.575 cas, 40 % de moins qu’il y a une semaine.
  • Dans le monde, le cap des 60 millions de cas confirmés a été franchi.

VIDEO

 

C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi. On ferme pour ce soir mais on se retrouve dès demain, jour de réouverture des commerces, sur le site de 20 Minutes pour suivre l'actualité de l'épidémie de Covid-19. Bonne soirée ! 

19h45 : 396 malades sont décédés depuis hier, 12.400 nouveaux cas en 24 heures

12.459 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés en France en 24 heures (10.920 cas confirmés par RT-PCR et 1.539 cas confirmés par test antigénique), selon le dernier bilan de Santé publique France. Depuis le début de l’épidémie, 51.914 décès ont été enregistrés, dont 396 en 24 heures à l’hôpital. Le taux de positivité des tests poursuit sa baisse à 11,7 %.

19h38 : La Belgique rouvre ses commerces au 1er décembre

Les commerces vont rouvrir en Belgique à partir du 1er décembre, a annoncé ce vendredi le Premier ministre Alexander De Croo, tandis que restera en vigueur le confinement partiel, qui a permis un reflux des contaminations au Covid-19.

18h32 : Pour ceux qui voulaient skier en Andorre, c’est râpé (pour l’instant)

Les stations de ski d’Andorre seront-elles ouvertes pendant les vacances de Noël ? Le gouvernement andorran tranchera dans les prochains jours, mais les stations ont d’ores et déjà annoncé ce vendredi que l’ouverture prévue le 4 décembre, est repoussée.

« Nous reportons la date d’ouverture, dans l’attente des décisions que prendront les autorités la semaine prochaine », ont averti sur leur site Internet les trois stations de la principauté pyrénéenne, Grandvalira, Ordino-Arcalis, Pal-Arinsal. Théoriquement, rien n’empêche l’Andorre d’ouvrir ses stations de ski, mais la France, où les stations pourraient rouvrir pour les vacances de fin d’année sans remontées mécaniques, dispose d’une grande influence dans ce pays de 70.000 habitants, dont le président français est co-chef d’Etat.

17h57 : Des chèques cadeaux pour aider les commerces ?

Le ministère de l’Economie souhaite soutenir l’activité des commerces via le dispositif des chèques cadeaux donnés aux salariés par les comités sociaux et économiques (CSE), a-t-on appris ce vendredi auprès du ministère délégué aux PME.

« Nous réfléchissons à un moyen d’écouler ces chèques cadeaux que les entreprises peuvent donner à leurs salariés » et qui n’ont pas encore été utilisés du fait de la crise, indique-t-on au ministère, confirmant une information des Echos. Surtout, Bercy voudrait qu’ils « puissent bénéficier aux commerces de proximité, alors qu’ils sont essentiellement utilisés dans les grandes enseignes actuellement ».

17h50 : Le pic des décès en France a été atteint le 7 novembre, il est moins élevé qu’au printemps, annonce l’Insee

Un pic de mortalité a été atteint en France le 7 novembre avec 2.281 décès survenus ce jour-là, un nombre toutefois inférieur au précédent pic constaté en avril pendant la première vague de l’épidémie de coronavirus, selon des chiffres publiés ce vendredi par l’Insee.

« L’accélération des décès quotidiens depuis la mi-octobre est très nette », souligne l’Insee dans cette publication hebdomadaire. Ainsi, au cours de la première quinzaine d’octobre, le nombre de décès quotidiens s’élevait à 1.730 en moyenne (soit 7 % de plus qu’en octobre 2019). Au cours de la deuxième quinzaine, il était de 1.980 (soit 21 % de plus qu’en 2019 et 14 % par rapport à la première quinzaine d’octobre 2020). Ce pic est toutefois inférieur à celui qui avait été atteint au cours de la première vague épidémique, le 1er avril, avec 2.810 décès.

17h43 : Quatre académies scientifiques mettent en garde contre la « fausseté des informations » du docu Hold Up

Diffusé sur les réseaux sociaux et largement téléchargé, « Hold-Up » entend démontrer que l’épidémie de Covid est une « manipulation des gouvernants ». Pour les académies des sciences, de médecine, de pharmacie et des technologies signataires, ce « long film (…), en se donnant les apparences d’un documentaire, développe une théorie conspirationniste sur la pandémie de Covid-19 », écrivent-elles dans un communiqué.

Les signataires pointent par exemple du doigt les « infox » les plus grossières, comme la fabrication du virus par l’Institut Pasteur, ou l’enfermement des patients, au Canada, dans des camps d’internement. Elles craignent que la diffusion de ces « informations », « notamment auprès des plus jeunes », soit « de nature à compromettre le fondement rationnel des actions de santé publique pour le contrôle de la pandémie en cours ». Qu’il s’agisse en l’occurrence des mesures comme le confinement ou d’un programme de vaccination à venir.

16h52 : Le confinement, pas une raison pour faire des procès en visio

 

16h41 : Du rififi dans l’hôtellerie-restauration

Les syndicats CGT et FO ont décidé d’utiliser leur droit d’opposition à l’accord d’activité partielle longue durée (APLD) dans la branche des hôtels, cafés et restaurants, jugeant « insuffisantes » en terme d’emploi les garanties proposées, selon leurs communiqués vendredi. Le poids (60 %) de la CGT et de la FGTA-FO leur permet de s’opposer à cet accord signé le 19 novembre par deux syndicats minoritaires, la CFDT et la CFE-CGC.

« Chacun prend ses responsabilités, la CGT et FO privent les salariés de la branche de pouvoir d’achat puisque, à compter du 1er janvier, faute d’accord, leur rémunération en cas d’activité partielle tombera à 60 % au lieu de 70 % du brut, tandis que l’employeur sera indemnisé à hauteur de 36 % seulement » (100 % actuellement), a indiqué Thierry Grégoire, président de la commission sociale de l’Union des métiers et industries de l’hôtellerie (Umih).

L’APLD, qui prend le relais de l’activité partielle, autorise une réduction du temps de travail jusqu’à 40 % d’heures chômées sous condition d’un accord d’entreprise ou de branche, validé par l’administration et comprenant des engagements sur l’emploi et la formation.

16h39 : L’ARS de Nouvelle-Aquitaine vous recommande de vous faire tester avant les fêtes

Mon collègue de Bordeaux Clément Carpentier vous en dit plus.

 

15h28 : Le Pays de Galles ne déconfine pas

Le Premier ministre gallois a annoncé vendredi un durcissement des restrictions visant les pubs et restaurants pour limiter la propagation du nouveau coronavirus avant Noël, où toute la population britannique sera autorisée à se retrouver en famille.

Chaque nation constitutive du Royaume-Uni décide de sa stratégie contre le nouveau coronavirus, l’Irlande du Nord débutant vendredi un nouveau confinement de deux semaines tandis que l’Angleterre retourne la semaine prochaine à un système d’alerte à 3 niveaux.

« Nous aussi au Pays de Galles devons utiliser les semaines à venir pour réduire la propagation du virus et créer plus de marge pour la période de Noël », a déclaré Mark Drakeford, chef du gouvernement gallois, lors d’une conférence de presse.

13h55 : Le chômage atteint des niveaux préoccupants au Brésil

Le chômage a atteint 14,6 % sur le trimestre juillet-septembre au Brésil frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus, un taux record depuis le nouveau mode de calcul instauré par l’Institut de statistiques en 2012.

C’est le troisième record trimestriel consécutif pour la première économie d’Amérique latine, où 14,1 millions de personnes sont à la recherche d’un emploi.

13h50 : Castex salue les premiers versements de la prime de solidarité exceptionnelle

Le Premier ministre s’est rendu vendredi à la CAF de Cergy-Pontoise pour suivre les premiers versements de la prime de solidarité exceptionnelle débloquée pour soutenir les personnes les plus touchées par la crise. Ce dispositif concerne 4,1 millions de foyers et coûte 1,1 milliard à l’Etat mais « une majorité de gens ne sont pas au courant », a regretté Jean Castex.

12h47 : FO fait du ski

La fédération syndicale FO Transports et Logistique a réclamé vendredi l’ouverture des remontées mécaniques pour Noël dans les stations de sports d’hiver, en appelant « tous les saisonniers » à se mobiliser.

Demandant au gouvernement d'« arrêter de (se) moquer » des saisonniers, FO Transports et Logistique souhaite également pour ces salariés « le maintien de l’activité partielle jusqu’à la fin habituelle des contrats, soit pour la plupart mi-avril ». « Les saisonniers, on en aura toujours besoin et le travail ne va pas s’inventer hors saison », écrit cette fédération FO dans un communiqué.

12h08 : A quoi ressemblent les aides annoncées hier pour les travailleurs et travailleuses précaires ?

Ma collègue Delphine Bancaud vous en dit plus.

 

11h56 : La bière n’est plus à la fête

Quatrième homme le plus riche de Suisse, le Brésilien Jorge Lemann, détenteur de parts dans le brasseur AB InBev, a vu sa fortune s’effondrer en 2020, marquée par la fermeture des bars et restaurants durant la pandémie. Le classement annuel des 300 personnalités les plus riches de Suisse est établi par le magazine Bilan (qui inclut des Suisses à l’étranger et des étrangers basés en Suisse).

Cette année marquée par la pandémie de Covid-19 a été particulièrement difficile pour de nombreux secteurs, en particulier l’hôtellerie ou la restauration. L’action d’AB Inbev a ainsi chuté, engendrant une forte baisse des fortunes du Suisso-brésilien Jorge Lemann (-7 milliards de francs suisses) et du Belge Alexandre Van Damme (-5 milliards), qui résident en Suisse et contrôlent respectivement 10 et 7,7 % du groupe.

11h41 : Pas de vaccin pour Bolsonaro

Le président brésilien Jair Bolsonaro a fait savoir qu’il ne se ferait pas vacciner contre le coronavirus mais que le gouvernement organiserait « immédiatement » la distribution d’un vaccin approuvé par les régulateurs.

« Je vous le dis, je ne le prendrai pas (le vaccin) », dit-il dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux jeudi. « C’est mon droit ». Le Brésil, qui compte 212 millions d’habitants, est le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 170.000 morts, derrière les Etats-Unis, selon Johns-Hopkins University.

11h13 : 2.183.660

C’est le nombre de cas confirmés de Covid-19 comptés en France depuis le début de la crise sanitaire. C’est le chiffre arrêté jeudi soir.

10h53 : Le R0 est stable, les contaminations baissent

Cela fait maintenant quelques jours que l’épidémie non seulement ralentie mais régresse sensiblement en France. En tout cas si on en croit les statistiques. Le R0 moyen qui, vous le savez, mesure la reproduction du virus, est désormais à 0,66. Ça veut dire quoi ? Que quand 100 personnes sont contaminées, elles ne contaminent à leur tour que 66 personnes. 14.700 personnes ont été contaminées en moyenne chaque jour cette dernière semaine, une baisse de 40 % par rapport à la semaine dernière.

10h01 : La FFF perd gros avec le Covid-19

La Fédération française de football a évalué à environ 24 millions d’euros le manque à gagner lié à la crise sanitaire depuis cet été, a expliqué sa directrice générale Florence Hardouin. « Depuis le 1er juillet, on est à -24 millions à peu près. Je ne pense pas que ça va augmenter avec le Covid car il y a l’espoir d’avoir des stades qui se rempliront en mars », a déclaré la numéro 2 de la Fédération, évoquant notamment les recettes de billetterie concernant les matchs de l’équipe de France.

Selon elle, il faut cependant jongler avec « l’autre incertitude » planant autour du nouveau diffuseur du championnat de France, le groupe Mediapro, en conflit avec la Ligue de football professionnel sur le paiement des droits télévisuels. Sur l’ensemble du versement, « on prend 2,5 % » en vertu de la convention liant la FFF à la LFP, ce qui représente « 31 millions d'euros en prévisionnel », explique-t-elle.

9h31 : Les vacances d’été ont vraiment été très bonnes pour l’économie

L’Insee a révisé à la hausse vendredi son estimation du rebond de l’économie française au troisième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) affichant une progression de +18,7 %, contre +18,2 % estimé précédemment. Le PIB reste toutefois « inférieur de 3,9 % à son niveau du troisième trimestre 2019 », précise l’Institut national de la statistique, qui explique notamment cette révision par une réévaluation de la consommation des ménages et de l’investissement en services.

Ainsi, sur cette période marquée par le déconfinement et les vacances d’été, les dépenses de consommation des ménages ont « vivement » augmenté de +17,9 %, après leur chute de 11,4 % au deuxième trimestre, durant lequel le PIB avait plongé de 13,8 %. Elles se rapprochent ainsi de leur niveau d’avant-crise, puisqu’elles sont en baisse de 1,3 % sur un an, souligne l’Insee.

9h06 : Près de 8.000 élèves contaminés cette semaine dans l’Education nationale

Le point hebdomadaire du ministère fait état de 7.776 élèves contaminés sur les sept derniers jours et 1.020 personnels. Au global, 23 établissements sont fermés sur 64.500 et 135 classes sur 528.000.

8h37 : Le million pour l’Allemagne

L’Allemagne a franchi vendredi le seuil du million de personnes testées positives au Covid-19 depuis le début de la pandémie, a annoncé l’institut de veille sanitaire Robert Koch.

Considérée comme un des bons élèves européens de la gestion de l’épidémie mais frappée de plein fouet par la deuxième vague, l’Allemagne comptait ainsi vendredi 1.006.394 malades officiellement déclarés (+22.806 en 24H) et 15.586 décès (+426), selon l’institut.

8h26 : L’Inde fait confiance à la Russie, et inversement

Le Fonds souverain russe (RDIF) a annoncé vendredi avoir conclu un accord avec le groupe pharmaceutique indien Hetero pour la production de plus de 100 millions de doses annuelles du vaccin russe contre le coronavirus, Spoutnik V.

« Hetero, l’un des principaux fabricants indiens de médicaments génériques, a accepté de produire en Inde plus de 100 millions de doses par an » de Spoutnik V, a annoncé dans un communiqué le RDIF, qui a financé le développement du vaccin, ajoutant que la production devra commencer « début 2021 ».

Bonjour à tous, bonjour à toutes, bienvenus sur ce nouveau live de la rédaction de 20 Minutes sur le nouveau coronavirus.