Coronavirus en Occitanie : Qui va pouvoir avoir accès aux 800.000 tests antigéniques disponibles dans la région ?

SANTE Ces tests antigéniques, qui arrivent dans les Ehpad et pharmacies notamment, doivent être réalisés dans les quatre jours maximum après l'apparition des premiers symptômes

Béatrice Colin

— 

Les tests antigéniques vont être déployés en priorité les Ehpad, les urgences, etc. (Illustration)
Les tests antigéniques vont être déployés en priorité les Ehpad, les urgences, etc. (Illustration) — PHILIPPE MAGONI/SIPA
  • En Occitanie, depuis fin août, 1,6 million de tests PCR ont été réalisés.
  • Ces prochains jours, 800.000 tests antigéniques vont être mis à la disposition des Ehpad, urgences, pompiers et ou encore les pharmacies.
  • Ils permettent de compléter l’offre de dépistage et s’adressent aux cas symptomatiques, quatre jours maximum après les premiers signes.

En Occitanie, comme partout en France, la circulation du coronavirus reste élevée, même si les services hospitaliers ont enregistré une baisse de 30 % du nombre d’hospitalisations au cours de la dernière semaine selon le directeur de l’Agence régionale de santé. Pour continuer à infléchir la courbe des contaminations, Pierre Ricordeau veut s’appuyer sur la campagne de dépistage pour tester, tracer et isoler les cas positifs.

« Aujourd’hui le taux de positivité des tests PCR est en baisse, il est à 13 % en Occitanie alors qu’à la sortie du premier confinement il était à moins de 1 %. Dans certains départements comme la Lozère ou les Hautes-Pyrénées il est de 19 %, dans d’autres comme l’Ariège il est inférieur à 10 % », détaille ce responsable qui explique que l’Occitanie est passé de 30.000 tests par semaine en juin à 180.000 par semaine en novembre. Au total, 1,6 million de ces tests ont été réalisés depuis fin août.

Priorité aux Ehpad, urgences, etc.

Ils seront complétés ces prochains jours par les nouveaux tests antigéniques qui vont renforcer les capacités de dépistage. Au total, plus de 800.000 de ces tests, dont la réponse est disponible en 15 à 30 minutes, vont être mis à disposition par l’Agence régionale de santé aux Ehpad, professionnels de santé ou aux services d’urgence.

« Ils sont majoritairement destinés à des opérations de masse et ciblées. Les médecins, pharmaciens et infirmiers ne peuvent récupérer qu’une ou deux boîtes de tests par jour », explique Pascal Durand, chargé de coordonner les tests. A Toulouse, la mairie de Toulouse a ainsi reçu neuf demandes de pharmacies pour installer des drives de dépistage antigénique sur l’espace public.

Au total, 307.000 tests seront mis à disposition des Ehpad et établissements et services médico-sociaux, 207.000 pour les services d’urgence, 100.000 pour l’Education nationale, 19.800 pour les pompiers et 17.200 pour les maternités. Une opération est aussi déployée avec la Croix Rouge et la région pour mener une campagne de dépistage à destination des publics éloignés des soins et plus de 5.000 auront lieu dans les ports et aéroports.

Quatre jours de symptômes max

Il ne sera donc pas question d’aller se faire tester dans les officines avant de partir en vacances ou de se rendre au repas du Réveillon.

« Il faut le faire au maximum quatre jours après les premiers symptômes et ce sera le médecin ou pharmacien qui décidera s’il doit le faire. Pour les asymptomatiques ou les cas contacts ou cas dans un cluster, il faut faire exclusivement un test PCR, de même les personnes de plus de 65 ans doivent confirmer leur test antigénique par un test PCR », précise Benoît Ricaut-Larose de l’Agence régionale de santé.