Coronavirus : Baisse de l’incidence et des entrées en réa… Le pic de la deuxième vague est-il (enfin) derrière nous ?

EPIDEMIOLOGIE Le point hebdomadaire de Santé Publique France dévoile des indicateurs rassurants : pour la première fois depuis des semaines, on constate une baisse des hospitalisations et des décès

Oihana Gabriel

— 

Coronavirus: Le pic de la deuxième vague est-il derrière nous? — 20 Minutes
  • Les points épidémiologiques hebdomadaires de Santé Publique France permettent d’avoir un suivi au plus près, et sur une semaine, des principaux indicateurs de la crise sanitaire.
  • Incidence, hospitalisations, entrées en réanimation… Pour la première fois depuis des semaines, le bilan est positif : baisse nette de l’incidence, baisse des hospitalisations et stagnation des décès.
  • Pour mieux comprendre ces évolutions, 20 Minutes vous propose un résumé en vidéo.

Un grand soulagement ? Le dernier point épidémiologique hebdomadaire de Santé Publique France, dévoilé jeudi soir, confirme que la situation s’améliore sur le front du coronavirus en France. En effet, l’incidence a nettement baissé entre le 9 et le 15 novembre : – 40 %. Un chiffre qui résulte d’une estimation du nombre de tests positifs PCR et antigéniques.

Deuxième confirmation que la circulation du coronavirus ralentit : le taux de positivité pour SARS-CoV-2 basé sur les tests RT-PCR est passé de 19,7 % à 16,2 % en une semaine. « Ce qui nous permet d’affirmer le franchissement du pic de la deuxième vague, même s’il faudra rester vigilant dans les prochaines semaines et que ces indicateurs restent élevés », conclut Sophie Vaux, épidémiologiste chez Santé Publique France.

Baisse des hospitalisations aussi

« Sur les nouvelles infections, on semble bien avoir franchi le pic de la deuxième vague, avec toute la prudence nécessaire quand on parle d’une maladie qu’on connaît mal », renchérit Daniel Lévy-Bruhl, son collègue à l’Agence de santé. Mais il prévient que passer un pic ne veut pas dire que l’épidémie est terminée. Et qu’il faudra attendre encore quelques semaines avant que le nombre de décès revienne à la normale. « Il y aura trois pics : épidémique, celui des hospitalisations et celui des décès, et ils seront décalés dans le temps », avertit-il.

Ce que l’on retrouve dans les indicateurs concernant les hôpitaux. En effet, on constate une baisse (mais moindre) pour la première fois depuis des semaines du nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 (- 19 %), d’hospitalisations (- 13 %) et d’entrées en réanimation (- 9 %). Quant aux décès, ils semblent amorcer également une décrue (– 2 %). De quoi donner un espoir aux Français de pouvoir retrouver un semblant de vie normale dès le 1er décembre ? Jean Castex a en tout cas annoncé ce vendredi que nous étions « sur la bonne voie » pour rouvrir les petits commerces « autour du 1er décembre ».