Coronavirus : 436 décès signalés à l'hôpital ces dernières 24 heures, 311 nouveaux malades en réanimation

EPIDEMIE Revivez les informations de ce jeudi sur l'épidémie de coronavirus en France et dans le monde

L.C., C.G. avec AFP

— 

Un transfert de patient à Strasbourg.
Un transfert de patient à Strasbourg. — Jean-Francois Badias/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Malgré une légère amélioration des chiffres de l’épidémie de Covid-19 en France, le gouvernement joue la prudence et planche sur une « adaptation du confinement » au 1er décembre, avec de nombreuses questions en suspens.
  • Emmanuel Macron s’exprimera la semaine prochaine pour dire sur quels points le confinement sera assoupli. Ce jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran tiendra sa conférence de presse hebdomadaire sur l'épidémie, à 18 heures.
  • En 24 heures, 427 nouveaux décès ont été enregistrés à l’hôpital mercredi pour un bilan total d’au moins 46.698 morts. La pression s’allège un peu sur les services de réanimation, même s’ils restent soumis à une forte tension : 4.759 patients du Covid-19 sont en réanimation, dont 361 nouvelles admissions mercredi.

A LIRE AUSSI

VIDEO

C’est la fin de ce live, merci de l’avoir suivi avec nous ! On se retrouve demain pour suivre toute l’actualité de l’épidémie de coronavirus ensemble sur 20minutes.fr.

20h20 : Amazon France accepte de reporter le « Black Friday » au 4 décembre, annonce son patron sur TF1

19h57 : 436 morts du coronavirus en 24 heures, selon le dernier bilan de Santé publique France

Depuis hier, 21.150 nouveaux cas ont été diagnostiqués (18.979 cas confirmés par RT-PCR et 2.171 par test antigénique. Le taux de positivité des tests s’élève à 15,5 %, en baisse par rapport à mercredi.

19h49 : Non, les transports publics ne sont pas des lieux de contamination (selon les transporteurs)

Les études menées dans différents pays « ont toutes, toutes, toutes la même conclusion », a expliqué à des journalistes Frédéric Baverez, directeur pour la France de l’opérateur Keolis (groupe SNCF) et vice-président de l’UTP. « Dès lors que les gestes barrières sont respectés -et lorsque l’on dit gestes barrières, on dit surtout port du masque, on constate que les transports publics ne sont pas des lieux de contamination privilégiés. »

Une étude de l’autorité de régulation des transports britannique, publiée en août, a estimé le risque d’infection à 1 pour 11.068 voyages sans masque et à 1 pour 19.675 voyages avec masque. « Il est 25 fois plus risqué de se déplacer en voiture qu’en train » si l’on tient compte du risque de mortalité lié à la pandémie et à l’accidentologie, a même avancé cette étude citée par le responsable.

19h21 : Les autorités demandent aux Américains de ne pas voyager pour les fêtes de Thanksgiving

« Les CDC recommandent de ne pas voyager pendant la période de Thanksgiving », a annoncé Henry Walke, responsable des CDC pour la pandémie, lors d’un appel avec la presse. « Ce n’est pas une obligation, c’est une recommandation forte. »

Thanksgiving, jeudi 26 novembre, est la plus grande fête familiale aux Etats-Unis, beaucoup d’Américains prenant traditionnellement le vendredi pour un long week-end de retrouvailles familiales.

18h58 : Une distribution du vaccin BioNTech/Pfizer est « possible » cette année aux USA ou dans l’UE, selon son PDG Ugur Sahin

« Il y a une chance pour que nous puissions encore obtenir cette année l’autorisation aux Etats-Unis ou en Europe ou dans les deux régions », a estimé Ugur Sahin dans une interview à l’AFP, précisant que la demande d’autorisation va être déposée vendredi à l’Agence américaine des médicaments (FDA). « Il est possible que nous puissions livrer des vaccins en décembre », ajoute-t-il.

18h40 : C'est la fin de l'intervention ministérielle !
 

18h28 : Les tests antigéniques sont bien comptabilisés dans les bilans quotidiens du Covid-19, confirme Véran

18h25 : « Il faut mettre toutes les chances de notre côté pour que la deuxième vague ne ressemble pas à la première dans les Ehpad », conclut Brigitte Bourguignon

La ministre recommande d’organiser des dépistages hebdomadaires dans les Ehpad : 1,6 million de tests antigéniques vont être distribués par l’Etat. Les visiteurs, eux, devront remplir un auto-questionnaire, afin d’évaluer leur risque de faire rentrer le virus dans l’établissement. Des mesures non obligatoires, a-t-elle précisé.

18h22 : « Le président a dit qu’il était dur d’avoir 20 ans en 2020. Je me permets d’ajouter qu’il est dur d’avoir quatre fois 20 ans en 2020 », ajoute-t-elle

18h21 : 1.600 Ehpad touchés par un cas de Covid, c'est un Ehpad sur cinq en France, alerte Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l'Autonomie

18h16 : 2.200 malades hospitalisés en 24h, 311 malades entrés en réanimation

18h14 : On le savait déjà mais le R-effectif est depuis quelques jours en dessous de 1, ce qui témoigne d’un ralentissement du virus

Ça fait toujours du bien de répéter les bonnes nouvelles, on ne va pas se mentir.

18h12 : La tension hospitalière reste forte sur le territoire

Deux régions particulièrement concernées en France : Auvergne-Rhône Alpes et Bourgogne Franche-Comté, a rappelé Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, qui a pris la parole.

18h08 : « Colère, peur, sidération… Ces sentiments peuvent parfois être trop lourds à porter seuls »
Le ministre de la Santé invite les Français à consulter des professionnels de la santé mentale. La santé mentale des Français s’est dégradée significativement entre septembre et novembre.

41 cellules d’urgences médico-psychologiques ont été renforcées depuis le premier confinement. Un numéro vert a été réactivé : 0800 130 000. Il a enregistré plus de deux millions d’appels depuis le début, et enregistre aujourd’hui 20.000 appels par jour.

18h06 : Les étudiants sont très impactés par cette possible détresse psychologique, prévient le ministre

18h04 : Olivier Véran évoque les difficultés psychologiques entrainées par l'épidémie

Pour ceux qui sont malades, qui ont des proches malades, ceux qui ont perdu leur emploi ou ceux qui sont isolés, et pour tout le monde, l'obligation de la distanciation physique.

17h47 : Suivez avec nous la conférence de presse du ministre de la Santé

Olivier Véran va faire son point hebdomadaire sur la situation épidémiologique en France, à 18 heures.

17h15 : Une plainte contre Castex jugée irrecevable

La plainte déposée en septembre par une association de victimes du Covid-19 devant la Cour de justice de la République (CJR) contre le Premier ministre Jean Castex a été jugée irrecevable, a appris ce jeudi l'AFP auprès du parquet général près la Cour de cassation.

La commission des requêtes de la CJR, composée de hauts magistrats et qui fait office de filtre, a jugé cette plainte irrecevable car l'association Victimes Coronavirus France «ne fait pas état d'un préjudice direct contre elle ou l'un de ses membres, et qu'elle ne peut prétendre défendre l'intérêt général», a expliqué à l'AFP le parquet général de la Cour de cassation, qui représente le ministère public à la CJR.

Le collectif, qui réunit 200 personnes, avait déposé cette plainte auprès de la CJR, seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l'exercice de leurs fonctions, estimant que le gouvernement, dirigé depuis début juillet par Jean Castex, continuait de «naviguer à vue» face à l'épidémie. «Nous allons relancer 90 plaintes de citoyens dès demain», a réagi auprès de l'AFP Me Fabrice Di Vizio, avocat de l'association.

16h20 : Le chômage en hausse aux Etats-Unis

Les inscriptions au chômage sont reparties en forte hausse la semaine dernière aux Etats-Unis, au moment où plusieurs Etats et villes du pays ont imposé de nouvelles restrictions face à la flambée des cas de Covid-19, selon les chiffres publiés ce jeudi par le département du Travail.

Entre le 8 et le 14 novembre, 742.000 personnes se sont inscrites au chômage, en forte hausse par rapport aux 711.000 personnes qui avaient pointé au chômage la semaine d’avant, un chiffre révisé en hausse. C’est aussi bien plus élevé que les 720.000 inscriptions attendues par les analystes.

Le pays comptait près de 6,4 millions de chômeurs début novembre, ce chiffre étant publié avec une semaine de décalage. Cela représente 429.000 personnes de moins que la semaine précédente, une partie ayant retrouvé un emploi, quand d’autres n’ont simplement plus droit aux allocations-chômage, versées pendant six mois maximum aux Etats-Unis.

16h : Les négociations du Brexit suspendues à cause d’un cas de Covid-19

Les discussions post-Brexit ont été suspendues entre le négociateur de l’UE Michel Barnier et son homologue britannique David Frost en raison d’un cas de Covid-19 dans l’équipe européenne, a annoncé le Français ce jeudi sur Twitter, en anglais.

« Un des négociateurs de mon équipe a été testé positif au Covid-19. Avec David Frost, nous avons décidé de suspendre les négociations à notre niveau pour une courte période », écrit Michel Barnier sur le réseau social, au moment où les discussions sont dans leur toute dernière ligne droite.

« Les équipes poursuivront leurs travaux dans le plein respect des règles », a ajouté le négociateur, qui avait lui-même été testé positif au Covid en mars dernier, au début des discussions. « La santé de nos équipes passe avant tout », lui a répondu David Frost sur Twitter.

15h30 : Après le Danemark, l’Irlande va abattre des visons

Le gouvernement irlandais a indiqué ce jeudi qu’il prévoyait d’abattre les visons d’élevage du pays, de crainte qu’ils ne soient porteurs d’une mutation transmissible à l’homme du nouveau coronavirus. Cette mutation a aussi été détectée il y a une semaine au Danemark chez ces mammifères élevés pour leur fourrure.

Selon le ministère de la Santé, « la poursuite de l’élevage de visons représente un risque continu d’émergence de variantes supplémentaires » du virus liées aux visons, même si aucun cas positif n’a jusqu’ici été détecté parmi ces animaux en Irlande. C’est pourquoi il « a recommandé que les visons d’élevage en Irlande soient abattus pour réduire ou éliminer le risque ». Selon les médias irlandais, l’Irlande dénombre trois élevages de visons, abritant quelque 100.000 de ces mammifères.

15h10 : Il y aura des sapins à Noël

On ne sait pas encore comment on pourra fêter Noël, mais on sait qu’on pourra acheter des sapins, dès demain. Un décret autorisant leur vente a été publié ce jeudi, après des tractations au sein du gouvernement. « Les interdictions mentionnées au présent décret ne font pas obstacle à la vente d’arbres de Noël à compter du 20 novembre 2020 sous réserve, pour les établissements qui ne peuvent accueillir de public, qu’elle soit réalisée dans le cadre de leurs activités de livraison, de retrait de commandes ou en extérieur », indique le texte.

14h50 : Pas de transmission du Covid-19 à l’homme par des animaux, dit l’Anses

L’Agence nationale de sécurité sanitaire a mis à jour ce jeudi, suite à de nouvelles données scientifiques, son avis sur la transmission du virus par l’intermédiaire des animaux domestiques. Elle assure que « les animaux sauvages ne jouent aucun rôle épidémiologique dans le maintien et la propagation du SARS-CoV-2 en France, où la diffusion du virus est aujourd’hui le résultat d’une transmission interhumaine par voie respiratoire ».

 

14h40 : Un député insoumis veut un impôt sur les entreprises ayant gagné pendant la crise

François Ruffin a proposé ce jeudi de créer un « impôt Covid » pour les sociétés qui ont « profité » de la crise, au profit des entreprises « les plus en souffrance ». « On a des petits commerçants qui sont en train de crever la gueule ouverte, il doit y avoir un impôt sur les profiteurs de crise », parmi lesquels « il n’y a pas que les plateformes numériques », a déclaré le député insoumis de la Somme sur France Bleu Picardie.

Il a cité « les assureurs » et « la grande distribution », qui « ont gagné beaucoup moins que les plateformes mais qui ont gagné quand même pendant le premier temps du confinement ». « Je pense qu’il faut un impôt redistributif. (..) C’est dans les temps de crise que l’on crée ces impôts-là. L’impôt sur le revenu, il a été créé pendant la guerre de 14-18 », a-t-il encore expliqué.

14h20 : Les distributeurs automatiques à la peine, des emplois en danger

Si vous êtes en télétravail depuis le reconfinement, cela doit faire longtemps que vous n’avez pas vu une machine à café ou un distributeur de chips. Le fonctionnement très limité des distributeurs automatiques alimentaires imposé par le reconfinement « menace à court terme » près de la moitié des emplois du secteur, soit 25.000 salariés, alerte ce jeudi l’organisation Nationale de vente et services automatiques (Navsa).

« La fermeture des lieux de vie, la généralisation du télétravail et la condamnation des appareils dans les rares lieux de vente restés ouverts plongent les 55.000 salariés du secteur dans une situation d’inactivité subie », déplore l’instance dans un communiqué.

La vente par automate a vu son chiffre d’affaires « amputé de 50 à 90 % depuis le début de la crise sanitaire », ajoute la Navsa. Les salariés subissent en moyenne l’activité partielle 2,5 jours par semaine, est-il précisé.

13h40 : Carrefour suspend le Black Friday, Leclerc prêt à le faire

C’est devenu l’emblème du combat entre les petits commerces d’une part, et les grands groupes marchands et sites de vente en ligne d’autre part. Mis sous pression par le gouvernement pour décaler le Black Friday, les chaînes d’hypermarché commencent à se positionner.

« Lors d’un échange téléphonique ce matin avec Bruno Le Maire, Alexandre Bompard a dit qu’afin de favoriser la réouverture des petits commerces, il était d’accord pour suspendre l’opération Black Friday du 27 au 29 novembre », a indiqué Carrefour ce jeudi, confirmant une information de BFMTV.

« Aujourd’hui, proposition est faite de pouvoir ouvrir les magasins le 28 novembre, en contrepartie d’un report des opérations prévues pour Black Friday. Les adhérents Leclerc se rallieront à une démarche collective qui irait dans ce sens », avait auparavant indiqué sur Twitter le président du comité stratégique E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc.

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, confirme dans un communiqué avoir eu « un échange ce matin » avec les acteurs de la grande distribution et du commerce en ligne « pour examiner la possibilité d’un décalage d’une semaine de l’opération promotionnelle Black Friday, sous réserve d’une réouverture des commerces d’ici là ». Ces acteurs « accueillent favorablement cette possibilité », indique le ministre, qui les réunira demain à 15h « en vue de finaliser un accord ».

Le ministre de l’Economie a demandé mercredi aux distributeurs de décaler cette opération promotionnelle, Bercy assurant dans la foulée que cette demande ne préjugeait en rien de la décision sur la date de réouverture des commerces. Contrairement aux dates des soldes, le gouvernement n’a pas la main sur la tenue de telles opérations promotionnelles d’initiative privée, venues des États-Unis, et qui connaissent chaque année un engouement croissant.

« Tout est imaginable, mais pas huit jours avant », avait réagi ce jeudi matin le président du Medef, comme nous en parlions un peu plus tôt

13h20 : Des étudiants d’écoles de commerce demandent le rembousement partiel des frais de scolarité

Obligés de suivre leurs cours à distance, des étudiants issus de 23 écoles de management réclament, via une pétition en ligne depuis le 10 novembre, « un remboursement partiel des frais de scolarité », qui atteignent, selon les établissements, entre 7.000 et 15.000 euros à l’année. La pétition avait rassemblé 18.648 signatures d’étudiants et de parents, ce jeudi à la mi-journée.

« Le déroulement de ce début d’année avec une mise en place massive des cours à distance, difficile à suivre, décourageant, corrélé à une incessante hausse des frais de scolarité des écoles de commerce poussent nombre d’élèves à s’interroger sur la légitimité du montant payé », explique cette pétition.

Dans une lettre ouverte, la Conférence des grandes écoles (CGE) répond ne pas pouvoir le faire et espère contenir les contestations en expliquant le modèle financier des écoles de commerce.

13h15 : Quel scénario pour la suite ?

A l’heure où le pic de l’épidémie semble avoir été dépassé, les regards se tournent déjà vers le déconfinement à venir. Si la France a franchi, ce mardi, la barre des deux millions de cas confirmés de coronavirus, l’exécutif planche déjà sur la sortie de crise et prépare les esprits à une adaptation du confinement plus que d'un déconfinement

Quels sont les différents scénarios envisagés par l’exécutif ? 20 Minutes fait le point dans cet article :

 

13h05 : Des résultats encourageants chez les personnes âgées pour le vaccin d’AstraZeneca

Le vaccin contre le Covid-19 développé par AstraZeneca et l'Université d'Oxford provoque une réponse immunitaire chez les personnes les plus âgées, particulièrement à risques, selon des résultats publiés ce jeudi, qui confirment des annonces déjà faites en octobre.

Ces résultats intermédiaires portent toutefois sur un stade de développement moins avancé (dit de phase 2) que ceux qui ont fait l’objet d’annonces spectaculaires ces dix derniers jours par les fabricants BioNTech/Pfizer et Moderna.

Tous deux ont assuré que leur vaccin est efficace à 95 % et 94,5 % en se basant sur les résultats du dernier stade des essais cliniques (la phase 3). Ces annonces n’ont pas encore fait l’objet d’une publication détaillée dans une revue scientifique. Les résultats de la phase 2 du projet AstraZeneca/Université d’Oxford sont publiés ce jeudi par la revue médicale The Lancet.

12h55 : Pour l’OCDE, les pays européens doivent « investir davantage » dans leurs personnels de santé

La pandémie de Covid-19 a « révélé les pénuries de personnel de santé » qui existaient déjà « dans de nombreux pays » européens, selon le « panorama de la santé » annuel de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) publié ce jeudi.

Parmi les enseignements de la crise du coronavirus, l’OCDE retient que les systèmes de santé européens doivent « évoluer pour mieux répondre aux pics de demande ». Pour les lits d’hospitalisation, les « solutions souples » mises en œuvre par plusieurs pays depuis le printemps (lits conventionnels convertis en soins intensifs, hôpitaux de campagne, transferts de patients) sont privilégiées, plutôt que des « hausses permanentes (qui) seraient coûteuses ».

12h45 : Un reportage pour votre pause déjeuner

Alors que la crise sanitaire accroît la précarité et la souffrance psychique, l’activité du fil santé jeunes, une plateforme téléphonique et un site qui viennent en soutien des 12-25 ans, a bondi. Les jeunes y confient leur peur de l’avenir, leurs soucis financiers, leur sentiment de solitude, leurs troubles alimentaires… 20 Minutes a pu rencontrer les écoutants qui y travaillent, tout comme le ministre de la Santé et le secrétaire d’Etat charge de l’Enfance et de la Famille en visite sur place. Un reportage à retrouver ici :

 

12h20 : Trop de contaminations en Allemagne

Le niveau des contaminations au Covid-19 en Allemagne est encore «trop élevé» mais les nouvelles restrictions mises en place au début du mois «sont efficaces» et incitent à «l’optimisme» sur l’évolution de la situation épidémique, a estimé ce jeudi l’autorité sanitaire de référence.

«Les chiffres sont encore élevés, beaucoup trop élevés» mais «les mesures rigoureuses sont efficaces et nous sommes sur le bon chemin», a déclaré lors d’une conférence de presse Lothar Wieler, président de l’institut de veille sanitaire Robert-Koch (RKI).

Les bars, restaurants, lieux culturels et de loisirs doivent rester fermés jusqu'à fin novembre, les hôtels sont interdits aux touristes et la population a été invitée à restreindre drastiquement ses contacts. L'Allemagne compte ce jeudi 855.916 cas de Covid-19, en hausse de 22.609 cas en 24h et la pandémie y a fait 13.370 morts.

12h10 : Au Danemark, la mutation du coronavirus chez les visons « très probablement éteinte »

Vous vous souvenez de ces 15 millions de visons tués au Danemark car porteurs d’une mutation du Covid-19 ? Les autorités danoises se veulent rassurantes. Cette mutation transmissible à l’homme est « très probablement éteinte », a indiqué ce jeudi le ministère danois de la Santé.

« Aucun autre cas de la mutation provenant des visons, Cluster 5, n’a été détecté depuis le 15 septembre, c’est pourquoi l’Institut en charge des maladies infectieuses (SSI) estime que cette mutation est très probablement éteinte », a écrit le ministère dans un communiqué, annonçant la levée de la plupart des restrictions dans la région touchée. Cette annonce avait des inquiétudes car la mutation du virus peut menacer l’efficacité d’un futur vaccin.

11h55 : Nouveau record de décès du Covid-19 en Russie

La Russie a dépassé ce jeudi la barre des deux millions de malades du nouveau coronavirus, enregistrant également deux nouveaux records en termes d’infections et de décès quotidiens, mais les autorités se refusent toujours à un confinement généralisé.

Les autorités sanitaires ont rapporté 23.610 nouvelles infections jeudi et 463 nouveaux décès, pour un total de 2,02 millions de cas détectés depuis le début de l’année et 34.850 morts. Ce bilan reflétant une létalité bien moindre qu’ailleurs dans le monde est toutefois sujet à caution, les autorités ne recensant que les décès qui, après autopsie, ont pour cause première établie le coronavirus.

11h15 : Les Français se font moins tester

Le nombre de tests de dépistage virologiques du Covid-19 réalisés en France a fortement baissé la semaine dernière, entraînant un raccourcissement des délais de validation des résultats, selon des données officielles publiées ce jeudi.

Entre le 9 et le 15 novembre, environ 1,8 million de tests virologiques (RT-PCR) ont été effectués, contre 2,3 millions la semaine précédente, une chute qui peut en partie s’expliquer par le jour férié du 11 novembre, où de nombreux laboratoires étaient fermés, indique la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), service dépendant du ministère de la Santé.

Un autre type de tests de dépistage, les tests rapides antigéniques, a commencé à être déployé en France, notamment dans les pharmacies et lors d’opérations de dépistage ciblées. Selon le ministère de la Santé, depuis le 10 novembre, c’est « plus de 40.000 par jour » qui sont effectués. Depuis mardi, les conditions pour réaliser ces tests rapides ont été élargies et ils sont désormais intégrés dans les chiffres publiés quotidiennement par Santé publique France.

10h53 : Le gouvernement veut décaler le « Black Friday »

Contrairement au patron du Medef, les ministres penchent plutôt pour un report d’une semaine de cette grande opération de soldes. Invitée de BFMTV, la ministre du travail Elisabeth Borne a estimé ce jeudi qu’un décalage d’une semaine « serait une bonne idée ».

« Au moment où on veut rouvrir, dans des démarches prudentes, les commerces, (...) une grande opération commerciale, tout le monde va dans les magasins, ça ne correspond pas exactement à ce qu’on veut », a-t-elle déclaré.

Pourquoi décaler d'une semaine ? Parce que pour le moment le nouveau confinement n’a été décrété que jusqu’au 1er décembre. Mais l’exécutif ne s’est pas encore prononcé sur l’après 1er décembre.

10h33 : Le patron du Medef défavorable à un report du « Black Friday »

Geoffroy Roux de Bézieux a estimé ce jeudi sur RTL qu’il n’était « pas raisonnable » de vouloir décaler le « Black Friday », cette opération de soldes mondiale, qui doit se tenir vendredi prochain. Le patron du Medef veut rouvrir tous les commerces dès le 27 novembre.

« Tout est imaginable, mais pas huit jours avant. Il y a des supermarchés qui ont préparé leur catalogue. (…) On parle beaucoup d’Amazon (…) mais il y a plein de commerçants français qui ont préparé leurs promotions », a-t-il affirmé. « Et il ne faut pas que ce soit un prétexte pour nous dire, on repousse le 'Black Friday' donc vous n’ouvrez pas le 27, ce qui est peut-être ce qui peut se dessiner derrière », s’est-il inquiété.

10h08 : Le beaujolais nouveau peut-il être Covid-compatible ?

On l’aurait presque oublié avec cette actualité envahie par l’épidémie, mais ce jeudi, le troisième de novembre, c’est le jour du Beaujolais nouveau ! Comment s’organise-t-il en plein reconfinement, alors que toutes les festivités sont proscrites ? Malgré ce contexte et la petite récolte de cette année, les vignerons se sont adaptés. 20 Minutes Lyon vous explique ça par ici :

 

9h42 : Le Japon en « alerte maximale »

Après avoir recensé un nombre record d’infections quotidiennes au coronavirus, le Japon est en « alerte maximale » a déclaré ce jeudi le Premier ministre Yoshihide Suga, sans toutefois prévoir de nouvelles mesures de restrictions dans l’immédiat.

Plus de 2.000 nouveaux cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés mercredi dans le pays, un record national. Tokyo a par ailleurs dépassé jeudi la barre des 500 nouveaux cas quotidiens, selon les médias locaux, un deuxième record d’affilée pour la capitale du pays après 493 cas détectés la veille.

Bien que relativement faibles comparés à d’autres pays, ces chiffres montrent une recrudescence brutale de la pandémie dans l’archipel nippon, où les tests ne sont pas pratiqués à grande échelle.

9h35 : Plus de 250.000 morts du Covid-19 aux Etats-Unis

Si vous avez loupé cette information tombée dans la nuit, le seuil des 250.000 morts dus au coronavirus a été franchi mercredi aux Etats-Unis, et New York a annoncé la fermeture des écoles publiques dès jeudi.

9h30 : A Marseille des étudiants dépendants de l'aide alimentaire

L'épidémie fait aussi des ravages économiques. La précarité touche de plus en plus d’étudiants, avec ce nouveau confinement. 20 Minutes en a rencontré sur le campus de Saint-Jérôme de la faculté d’Aix-Marseille, où une distribution d'aide alimentaire était organisée. Une reportage à lire ici :

 

9h20 : Pas de vaccin pour gérer la deuxième vague

Les vaccins n'arriveront pas à temps pour lutter contre la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, et beaucoup de pays «vont continuer à l'affronter sans vaccins», a prévenu mercredi le responsable des situations d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). «Je pense que cela mettra au moins quatre à six mois avant qu'il y ait des niveaux suffisants de vaccination où que ce soit», a déclaré Michael Ryan, lors d'une session de questions/réponses sur les réseaux sociaux, soulignant que les vaccins ne devaient pas être vus comme une «potion magique».

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué les nouveaux développements sur le front des vaccins mais a mis en garde contre tout «laisser-aller».

Bonjour tout le monde ! Bienvenue dans ce live. On va suivre ensemble ici, les nouvelles informations du jour sur l'épidémie de coronavirus.