Coronavirus : « Nous avons commencé la décroissance de l’épidémie », affirme Olivier Véran

BILAN Le ministre de la Santé demande toutefois aux Français de poursuivre leurs efforts pour contenir la propagation du virus

20 Minutes avec AFP

— 

Olivier Véran lors de sa conférence de presse sur le coronavirus
Olivier Véran lors de sa conférence de presse sur le coronavirus — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Même si le virus continue de circuler activement sur le territoire français avec près de 2.000 admissions à l’hôpital par jour, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a affirmé, ce mardi matin sur BFMTV, que l’épidémie était désormais « en phase de décroissance ».

« Nous avons commencé la décroissance de l’épidémie », a reconnu le ministre devant Jean-Jacques Bourdin, tout en demandant aux Français de poursuivre leurs efforts pour lutter contre la propagation du virus.

« Nous voulons permettre aux Français de passer les fêtes de Noël en famille »

Si la décroissance est entamée, le virus est loin d’avoir disparu. « Nous sommes toujours dans une phase de circulation du virus », a averti Olivier Véran, interrogé sur la situation épidémique de la seconde vague. Selon le ministre, 8.500 personnes se trouvent actuellement en réanimation, en incluant ceux qui sont hospitalisés pour autre chose que le coronavirus.

Ces dernières vingt-quatre heures, la France a enregistré 508 nouveaux décès dus au Covid-19, soit 45.054 le nombre des morts depuis le début de l’épidémie. Interrogé sur les fêtes de fin d’année, le ministre espère « permettre aux Français de passer les fêtes de Noël (…) en famille », sans pouvoir le promettre. « Nous devons faire très attention. (…) Cela veut dire que l’on garde les gestes barrières », a-t-il insisté.

"Il n’y a rien que je saurai sur le vaccin que les Français ne sauront pas"

Lundi, l’américain Moderna a annoncé avoir trouvé un vaccin fiable à plus de 90 %, rejoignant Pfizer et Sanofi parmi les laboratoires en phase finale d’expérimentation. De quoi susciter de l’optimisme, mais également de la méfiance chez certains Français. Si Olivier Véran est resté très prudent sur ces vaccins, il a affirmé qu’il devrait disposer de données scientifiques d’ici trois semaines. « On sera en mesure, si j’ai toutes les autorisations requises », de commencer à vacciner à partir de janvier, a-t-il déclaré.

« Est-ce que le vaccin va éradiquer le Covid, je n’en sais rien », a prévenu le ministre des Solidarités et de la Santé. « Mais il n’y a rien que je saurai sur le vaccin que les Français ne sauront pas », a-t-il promis pour rassurer les Français les plus sceptiques.