Bordeaux : Un enfant de 3 ans est décédé d’une méningite, un autre est hospitalisé

SANTE Un traitement antibiotique préventif a été prescrit aux enfants qui ont côtoyé de près le petit décédé d’une méningite

E.P.

— 

Le CHU, Centre Hospitalier Universitaire, Pellegrin à Bordeaux
Le CHU, Centre Hospitalier Universitaire, Pellegrin à Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Un enfant de 3 ans est décédé d’une méningite dimanche et un autre enfant scolarisé dans la même classe à Floirac, près de Bordeaux, est hospitalisé.
  • L’ARS a mis en place un protocole pour les enfants ayant été en contact rapproché avec la victime, un traitement antibiotique préventif leur a été prescrit.

Un enfant de 3 ans est décédé ce dimanche à Bordeaux d’une méningite à méningocoque, une maladie à déclaration obligatoire pour laquelle il existe un protocole particulier déployé par l’agence régionale de Santé (ARS). . La situation est « sous contrôle », affirme l’ARS.

Le petit était scolarisé dans une école maternelle de Floirac et un autre enfant de sa classe a développé des symptômes et a dû être hospitalisé. Les nouvelles le concernant sont néanmoins rassurantes selon Sylvie Quelet, directrice de la prévention chez Santé publique France et responsable des alertes de l’Agence régionale de santé de Bordeaux. On ignore encore si ce deuxième enfant est atteint de la même forme de méningite bactérienne. Il faudra attendre les résultats de son test pour savoir s’il s’agit du même germe.

Un traitement préventif pour les enfants contacts

La transmission se fait par gouttelettes de salive lors d’un contact proche et prolongé, c’est-à-dire de plus d’une heure à moins d’un mètre de distance. Les risques de contagion sont donc considérés comme faibles. « On recense les enfants avec lesquels il a été en contact proche dans les dix derniers jours : dans sa classe, dans le dortoir et au cours des activités au centre de loisirs, explique Sylvie Quelet. On a fait une réunion d’information avec les parents d’élèves pour leur expliquer qu’il fallait administrer un traitement antibiotique prophylactique à leurs enfants. Et, on a donné une ordonnance à ceux qui ne parvenaient pas à obtenir un rendez-vous rapide avec leur médecin ».

L’ARS veut rassurer les parents, soulignant que cette prévention est efficace et qu’on est « sur quelque chose de circonscrit ». Ce type de méningite survient le plus souvent chez les jeunes enfants de moins de cinq ans et chez les adolescents. Les cas chez les adultes sont beaucoup plus rares.