Coronavirus en Paca : La « solidarité intrarégionale » pour soigner les malades en réa

COVID-19 Des patients de départements plus durement touchés vont être transférés dans les Alpes-Maritimes

Fabien Binacchi
— 
A l'hôpital Simone-Veil, à Cannes (Illustration)
A l'hôpital Simone-Veil, à Cannes (Illustration) — SYSPEO/SIPA
  • La deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 est jugée « très préoccupante » dans la région Paca.
  • Certains départements sont plus touchés que d’autres.
  • Les Alpes-Maritimes vont accueillir des malades d’autres départements de la région.

Le « ralentissement de l’épidémie » observée au niveau national n’est pas encore arrivé jusqu’à la région Paca. Et la situation est même jugée « très préoccupante » par l’Agence régionale de santé (ARS) qui va faire appel à « la solidarité intrarégionale » pour gérer les malades du Covid-19 les plus sérieusement atteints.

Des patients de certains départements les plus touchés (les Hautes-Alpes et le Vaucluse notamment) vont être soignés dans les Alpes-Maritimes, a annoncé Philippe De Mester lundi.

Les lits occupés à 88,4 %

« Nous avons transféré 12 patients vers la Bretagne la semaine dernière. Mais vu l’évolution de la situation en Auvergne-Rhône-Alpes et en Ile-de-France, ils ont désormais la priorité sur ces évacuations sanitaires, a précisé le directeur de l’ARS Paca. Les Alpes-Maritimes sont le département de la région qui s’en sort le mieux à ce stade. »

Selon les données disponibles lundi soir, les lits de réanimation sont occupés à 88,4 %. Le CHU de Nice, mais aussi les hôpitaux de Grasse, Antibes et Cannes pourraient être mis à contribution. Dans la capitale azuréenne, où les services sont « en effet un peu moins impactés » on s’attendait à accueillir des patients du Var notamment, selon une source hospitalière.

« Quelques semaines encore difficiles »

Vendredi, l’ARS avait déjà annoncé la déprogrammation de « toutes les opérations non-urgentes » en Paca en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19. Lundi soir, à l’échelle de la région, 505 lits de réanimation étaient occupés par des patients touchés par le nouveau coronavirus, soit 43 de plus pendant le week-end. Les établissements de Paca en offre 760 actuellement (contre 480 en septembre) et l’ARS a l’objectif de « monter ce nombre jusqu’à 860 » vu les projections. Les spécialistes s’attendent encore à vivre « quelques semaines encore difficiles ».

« Et nous avons déjà dépassé très largement le pic de la première vague, à 420 patients en réanimation », a pointé Anthony Valdez, le directeur de l’organisation des soins à l’ARS.